Les Nations unies renouvellent les sanctions contre la Côte d'Ivoire

New York- Etats-Unis (PANA) -- Le Conseil de sécurité des Nations unies a prolongé jusqu'au mois d'avril prochain, les sanctions sur les armes, l'argent et sur les voyages de certaines personnamités en Côte d'Ivoire.
Le conseil a affirmé qu'il renouvelait les sanctions à cause de la situation du pays qui, estime-t-il, "constitue une menace permanente à la paix internationale".
Depuis 2002, la Côte d'Ivoire est divisée en deux parties par la guerre civile : le nord contrôlé par les rebelles et le sud sous l'autorité du gouvernement.
Dans une résolution adoptée à l'unanimité, l'organe composé de 15 membres qui avait prolongé les sanctions d'une année au mois d'octobre, a indiqué qu'il allait revoir les mesures au plus tard trois mois après la tenue des élections présidentielles maintes fois reportées et qui sont maintenant fixées à la date du 31 octobre.
Un deuxième tour est prévu le 28 novembre s'il n'y a pas de vainqueur à l'issue du premier tour.
Les élections parlementaires sont aussi en cours.
Le conseil a cependant souligné que "l'embargo sur les armes ne concerne pas les équipements non mortels destinés uniquement à l'utilisation des forces de sécurité ivoiriennes pour le maintien de l'ordre public".
Il a été noté avec inquiétude que malgré une amélioration notoire de la situation des droits de l'homme dans l'ensemble, de nombreux abus, y compris la violence sexuelle contre les civils, persistent un peu partout dans le pays.
Le conseil de sécurité a souligné la nécessité de traduire en justice les auteurs de ces abus.
L'instance onusienne a aussi souligné avec préoccupation les informations selon lesquelles la presse relayait des messages incitant à la violence et à la reprise du conflit interne et a insisté sur le fait qu'il était prêt à imposer des sanctions contre ceux qui obstruent le processus électoral.
La campagne électorale a été lancée ce vendredi dans le pays.
Jeudi, le représentant spécial en Côte d'Ivoire du secrétaire général des Nations unies, Y.
J.
Choi, avait demandé à toutes les parties d'éviter toute interruption du processus électoral par la violence.
L'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) s'est renforcée de centaines de soldats supplémentaires en vue d'appuyer ses 8.
650 hommes déjà sur place.

15 octobre 2010 22:48:00




xhtml CSS