Les Forces nouvelles s'impatientent devant les lenteurs

Abidjan- Côte d'Ivoire (PANA) -- Les Forces nouvelles, ex- rébellion en Côte d'Ivoire, commencent à s'impatienter devant les lenteurs de la mise en oeuvre de l'Accord politique de Ouagadougou, a constaté la PANA.
A l'issue d'une réunion tenue dimanche et lundi dans son fief de Bouaké, l'ex-rébellion s'est en effet émue des difficultés de financement de la réinsertion des anciens combattants.
Les Forces nouvelles ont notamment déploré le non respect des engagements pris dans ce sens par les acteurs nationaux et internationaux.
Sur le volet sécuritaire du processus électoral, elles ont constaté qu'à l'approche des échéances électorales, le Centre de commandement intégré (CCI) n'était toujours pas pleinement opérationnel, faute de moyens humains, matériels et financiers.
Elles ont également noté que le désarmement et le démantèlement des milices prévus par l'Accord politique de Ouagadougou ne sont pas encore effectifs.
Le 28 janvier dernier, rappelle-t-on, le Conseil de sécurité des Nations unies avait exprimé sa préoccupation sur les retards intervenus dans le déploiement des unités mixtes du Centre de commandement intégré (CCI) chargées de la sécurité du déroulement des votes.
Le Conseil de sécurité avait notamment demandé aux parties ivoiriennes d'accroître leurs efforts.

08 février 2010 10:40:00




xhtml CSS