Les APE avec l'UE au centre des travaux du sommet de la CEDEAO vendredi à Yamoussoukro

Yamoussoukro, Côte d'Ivoire (PANA) - La 44ème session ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) s'ouvre vendredi pour deux jours à Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d'Ivoire.

Au cours de ce sommet, les leaders de la région se pencheront essentiellement sur la situation au Mali et en Guinée-Bissau sur la base d’un mémorandum présenté par le président de la Commission de la CEDEAO et particulièrement, sur la situation au Mali, à la faveur des communications attendues du médiateur, Blaise Compaoré du Burkina Faso et du co-médiateur, Goodluck Ebele Jonathan du Nigeria.

Les chefs d'Etat et de gouvernement examineront également le projet d'accords retenu, ainsi que les réserves émises par le Nigeria, à l'issue de la réunion du Comité ministériel de suivi de l’Accord de Partenariat Economique avec l'Union européenne (CMS), tenue le 17 février dernier à Dakar et dont les conclusions ont été examinées par la 13ème session extraordinaire du Conseil des ministres de la CEDEAO, qui a achevé ses travaux ce mercredi,  sur une note d’"entière satisfaction".

En effet, pour le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères de Côte d’Ivoire, Charles Koffi Diby, les résultats des échanges effectués au cours des travaux du Conseil des ministre "répondent aux orientations fixées par les chefs d’Etat de faire en sorte que l’organisation commune s’approprie les négociations avec l’Union européenne pour arriver à un Accord de Partenariat Economique (APE) équilibré et bénéfique", indique un communiqué rendu public à l'issue des travaux.

"Les acquis enregistrés sur la conclusion de l’accord et qui ont été mis en exergue au cours de nos travaux doivent être capitalisés en vue de constituer le viatique nécessaire au bien-être de nos populations et à la compétitivité de nos entreprises", a-t-il déclaré, précisant toutefois que pour en tirer le meilleur profit, "la sous-région devra faire montre de vigilance et de fermeté face aux nouvelles menaces que représentent la piraterie, le crime organisé et le terrorisme dans l’espace communautaire".

"Poursuivre cette démarche de solidarité et de mutualisation des efforts au sein de notre espace communautaire, notamment dans le cadre de la mise en œuvre de projets structurants et intégrateurs tant sur le plan sécuritaire que socio-économique", reste, pour Charles Koffi Diby, l'autre condition de réussite des entreprises de la région dans le cadre des APE.

En revanche, la 13ème session extraordinaire du Conseil des ministres de la CEDEAO, qui avait, à l'ordre du jour de ses travaux, l'examen du rapport de la réunion des ministres chargés de la sécurité sur la carte d’identité biométrique et la suppression de la carte de séjour dans l’espace CEDEAO, a dû reporter la question à la toute prochaine session du Conseil.
-0- PANA SSB/JSG/IBA 27mar2014

27 mars 2014 12:33:18




xhtml CSS