Le tourisme et l'hôtellerie en souffrance en Côte d'Ivoire

Abidjan- Côte d'Ivoire (PANA) -- Le président de la Fédération nationale de l'industrie hôtelière de la Côte d'Ivoire (FNIH-CI), M.
Vincent Aboya, s'est inquiété, mardi à Abidjan, des moments difficiles que vit le secteur du tourisme et de l'hôtellerie depuis la crise ivoirienne du 19 septembre 2002.
Dans une interview accordée au quotidien privé indépendant 'Soir'Info', M.
Vincent Aboya a indiqué que le tourisme et l'hôtellerie n'existent pratiquement plus, et que si la situation se poursuivait, il n'y aurait plus d'hôtels de classe internationale en Côte d'Ivoire.
"Si les choses continuent dans ce sens, il y aura toujours d'hôtellerie, il y aura des gens qui résisteront.
Il y aura toujours des maquis, des restaurants, des petits hôtels, mais il n'y aura plus des hôtels de classe internationale (.
.
).
Donc, ce serait pratiquement inutile de dire que le secteur existe", se lamente M.
Aboya, qui souligne pourtant que la fédération ne compte pas sur l'Etat ivoirien pour sauver le secteur.
Le président de la FNIH-CI assure, en effet, qu'il entend se battre avec ses membres et d'autres opérateurs économiques de la filière, pour trouver les moyens du développement du secteur du tourisme et de l'hôtellerie.
"Puisque nous ne comptons plus sur l'Etat, nous nous sommes mis à la recherche des moyens de notre politique.
Nous avons fait savoir aux partenaires européens et américains que nous voulons nous battre tous seuls pour trouver les moyens du développement du secteur du tourisme et de l'hôtellerie, une fois la guerre terminée", a-t-il fait remarquer.
On rappelle que depuis le déclenchement de la crise ivoirienne, le secteur de l'hôtellerie souffre de plus en plus d'un manque de clientèle qui a engendré des centaines de pertes d'emploi et de mises au chômage technique.

15 april 2003 18:56:00




xhtml CSS