Le téléphone mobile pour améliorer le délai de transmission des résultats des tests de dépistage du SIDA

Lagos, Nigeria (PANA) - Le délai de communication du résultat d'un test de dépistage du VIH à l'infrastructure de santé d'un patient peut être nettement réduit, en utilisant le message texte des téléphones mobiles, d'après une étude du Bulletin de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la e-santé, publiée ce mois-ci.

Un communiqué de l'OMS, reçu ce vendredi par la PANA à Lagos, indique que des scientifiques effectuant des recherches en Zambie ont trouvé que la durée de transmission d'un diagnostique via un SMS est presque deux fois plus rapide comparé aux méthodes postales traditionnelles.

L'étude a également constaté que la durée moyenne pour la notification du résultat d'un laboratoire à une structure de santé diminue de 44,2 jours à 26,7 jours.

"Nous pensons que cette étude montre combien les processus liés au dépistage du VIH et d'autres maladies peuvent être transformés et améliorés grâce à la technologie du téléphone mobile, tout en permettant aux infrastructures de santé et aux patients d'obtenir leurs résultats plus rapidement", s'est réjoui Phil Seidenberg de l'Université de Boston, Etats-Unis, un des auteurs de cette étude menée en collaboration avec le Zambia Centre for Applied Health Research and Development et le ministère zambien de la Santé.

La e-santé où l'application de la technologie numérique au service des systèmes de santé et la m-santé qui utilise les téléphones mobiles et les ordinateurs portables, sont considérées comme essentielles pour améliorer les soins de santé dans un avenir proche.

En plus de réduire le délai d'exécution du test de dépistage du VIH, ces technologies peuvent aussi améliorer le traitement en donnant accès plus rapidement au traitement antirétroviral (ART).

"Vu que beaucoup de gens utilisent la technologie du téléphone mobile en Afrique, l'occasion est donnée d'exploiter la e-santé et la m-santé pour le développement d'un accès rapide à l'ART pour le VIH et pour maintenir les patients dans l'ART, particulièrement les mères et les enfants", a déclaré le Dr Reuben Granich, médecin au département VIH/SIDA de l'OMS.

L'UNICEF en Zambie et les chercheurs ont mené cette étude pour face aux inquiétudes selon lesquelles, la transmission lente des résultats des tests de dépistage entraîne des retards importants concernant l'accès des enfants au traitement.
-0- PANA SEG/NFB/JSG/IBA  04mai2012

04 mai 2012 09:58:09




xhtml CSS