Le sommet de l'UA adopte une déclaration pour accélérer le déploiement de troupes au Mali

Addis-Abeba, Éthiopie (PANA) – Le sommet de l'Union africaine (UA) a approuvé à l'unanimité le budget de 50 millions de dollars américains pour financer le déploiement immédiat de la force africaine au Mali, a appris la PANA lundi.

La Déclaration de l'UA sur le Mali, adoptée à l'issue du 20ème sommet de l'organisation, a également exprimé son soutien ferme à l'assistance militaire française et a lancé un appel pour la révision du plan militaire du Mali pour l'augmentation des effectifs sur place.

La contribution de l'UA sera tirée du budget annuel de l'organisation qui s'élevait en 2012 à 280 millions de dollars américains, dont les 05 millions de dollars seront tirés du Fonds pour la paix et presque la moitié (20 millions de dollars) proviendra des arriérés payés par les membres.

Une conférence des donateurs sur le Mali, qui devrait débuter mardi dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, lieu des négociations, explore actuellement diverses sources pour collecter 460 millions dollars afin de financer la Mission africaine de soutien au Mali.

L'UA a appelé au renforcement des troupes par le biais de la révision du plan militaire pour le Mali qui a reçu l'approbation du Conseil de sécurité des Nations unies.

D'après la déclaration solennelle sur le Mali, les chefs d'Etat ont sollicité des contributions de la communauté internationale en faveur de la MISMA et de l'armée malienne.

Elle a exhorté les voisins immédiats du Mali à fournir les renseignements et tout autre soutien qui pourrait faciliter le succès de l'opération en cours.

Les leaders africains ont salué les efforts du Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, pour les arrangements déjà entrepris pour appliquer la résolution de l'ONU autorisant l'usage de la force au Mali.

Les dirigeants africains ont exhorté le Conseil de sécurité des Nations unies à autoriser immédiatement un appui à travers les contributions obligatoires de l'ONU pour financer le déploiement rapide de la force africaine.

Le patron des opérations de maintien de la paix auprès des Nations unies, Hervé Ladsous, a déclaré que l'opération au Mali n'était pas prise en compte dans le budget actuel des opération de paix de l'organisation.

"Le Conseil de sécurité des Nations unies est étroitement impliqué. Un engagement plus large du Conseil de sécurité est nécessaire pour œuvrer ensemble", a-t-il indiqué.

Le commissaire chargé de la Paix et la Sécurité au sein de l'UA, Ramtane Lamamra, a déclaré que les contributions des donateurs sont sollicitées aussi bien pour la MISMA que pour l'armée malienne pour renforcer sa capacité.

"Le déploiement de la MISMA va s'accélérer lorsque les ressources seront disponibles", a-t-il déclaré lundi aux journalistes. " Nous voulons mettre en place la force opérationnelle intégrée composée de l'UA, de l'ONU et de la CEDEAO",- a-t-il indiqué.

Le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a déjà déclaré que les experts militaires sont sur le terrain pour opérer aux côtés de l'armée malienne.

Il a indiqué que le fait d'aider le gouvernement malien à recouvrer son intégrité territoriale était un  "impératif moral" pour la communauté internationale.

Dans son examen de la crise, le Sommet de l'UA a retenu la nécessité d'une réunion d'urgence de tous les voisins du Mali pour renforcer la surveillance au niveau des frontières pour empêcher le flux des armes et réduire l'assistance armée aux rebelles islamistes au Mali.

-0- PANA AO/VAO/ASA/JSG/SOC  28jan2013

28 janvier 2013 21:06:18




xhtml CSS