Le sommet de Syrte clef de la redynamisation de la coopération arabo-africaine

Tripoli- Libye (PANA) -- La ville libyenne de Syrte, centre de la Libye au large de la Méditerranée, qui a vu la naissance le 9-9-99 de l'Union africaine (UA), abritera ce dimanche le deuxième sommet arabo-africain, 33 ans après le sommet du Caire, en Egypte, de mars 1977.
Dans ce cadre, les dirigeants africain ont continué samedi à arriver à Syrte où a débuté dans l'après-midi le sommet extraordinaire qui a examiné la question de la nouvelle structure de l'action arabe commune et des institutions de la Ligue arabe, ainsi que la politique de voisinage arabe et la Ligue du voisinage arabe.
Ce sommet survient après plus de trois décennies à l'issue du premier sommet du Caire dans les années 1970 durant lesquels la situation politique, économique et sociale, que ce soit en Afrique ou dans le monde arabe, n'a pas évolué pour atteindre les changements au niveau international et les défis de la carte du nouveau monde qui a commencé à se former à la fin du siècle dernier, conformément aux exigences de la Mondialisation.
Le sommet arabo-africain se penchera dans le cadre de son ordre du jour sur le projet de stratégie de partenariat arabo-africain, le projet du plan d'action pour 2011/2016, ainsi que le projet de Déclaration de Syrte et la détermination de la date et du lieu de la tenue du troisième sommet.
Ainsi, les dirigeants africains seront mus par les aspirations de leurs peuples qu'ils ont exprimées à maintes occasions en vue de tirer les leçons du passé et de saisir les opportunités existantes pour opérer un tournant décisif sur le plan de la redynamisation de la coopération arabo-africaine dans les divers domaines notamment dans des secteurs tels que l'agriculture, le tourisme, les ressources animales, le commerce et les mines en vue de l'établissement d'un véritable partenariat entre les deux parties fondé sur le soutien politique mutuel.
Le discours du secrétaire du comité populaire général libyen des Relations extérieures et de la Coopération internationale, Moussa Koussa, lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays arabes et africains dans lequel il a affirmé que: "ce qui a été réalisé en terme de document pour la préparation pour le sommet répond aux ambitions nourries, étant donné qu'ils ont porté sur les priorités de la coopération arabo-africaine tout comme ils ont déterminé les moyens d'activer les mécanismes pour permettre aux deux régions de faire face aux défis divers et les menaces que représente les armes de destruction massive et autres armes de destruction massive et risques tels que le terrorisme et le crime organisé", prouve la prise de conscience des responsables à tous les niveaux à l'égard du poids des défis et des grands chalenges auxquels font face les deux régions.
Dans le même cadre, le Secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a déclaré vendredi que l'action politique entre Arabes et Africains continue à se poursuivre par la coordination et la coopération solide à tous les niveaux pour traiter plusieurs crises que ce soit au Soudan, en Somalie ou aux Comores ainsi qu'en Mauritanie et dans le cadre de la solidarité arabo-africaine pour faire face au racisme et les questions de lutte contre l'occupation en particulier et la Palestine.
"Nous avons un grand capital en matière d'expérience accumulée dans l'intervention commune pour régler les problèmes politiques et la diffusion de la paix et de la stabilité dont on doit en tirer profit", a-t-il dit.
Ainsi, la coopération entre les pays arabes et africains notamment dans le domaine du règlement de la crise de l'eau et de l'alimentation seront en tête des sujets qui seront débattus par les deux parties à Syrte au regard des grandes opportunités et potentialités et de la volonté de coopération qui anime les dirigeants des deux régions, ce qui ouvrira de larges perspectives aux populations arabo-africaine.
Les populations arabes et libyennes en particulier sont animées par de grands espoirs à l'égard des résultats de ce sommet et par les dirigeants arabes et africains pour promouvoir l'action arabo-africaine commune et réaliser les aspirations des peuples des deux régions.
Cet optimisme des personnes interrogées par la PANA s'explique, selon eux, parce que cette rencontre se tient en Libye qui a vu la naissance de l'UA en plus du rôle essentiel joué par le guide Kadhafi en vue de la construction d'un espace arabo-africain fort à l'ère des espaces géants et des blocs politiques qui ne reconnaît plus les petits pays.
Ils expliquent aussi leur optimise par le timing, étant donné que le sommet se tient à un moment où le monde souffre des séquelles de la crise économique qui a affecté toutes les économies, même si c'est à des degrés divers notamment les économies africaines vu qu'elles ne sont pas très liées aux grandes économies mondiales, tout comme les pays du Golfe.
De ce fait, les pays arabes se sont orientés vers les pays africains à la recherche de nouveaux marchés et des terres agricoles pour faire face au risque qui menace leur sécurité alimentaire.
Ils ont également appelé tous les dirigeants arabes et africains réunis dans la ville de Syrte à œuvrer pour la création d'une union arabo-africaine capable de traiter avec les divers espaces régionaux et mettre fin aux appétits des puissances occidentaux qui volent les terres africaines sous couvert de diverses appellations et pillent les richesses du continent.
En effet, les anciennes puissances coloniales continuent à mettre la main sur le continent africain et ses énormes ressources naturelles malgré le retrait des armées colonialistes et la célébration par divers pays africains du 50ème anniversaire de leurs indépendances, alors que la plupart des pays arabes s'unissent au détriment de leur profondeur africaine et sont dans l'expectative plus de 60 ans après l'occupation de la Palestine et près de deux décennies de négociations avec les Israéliens pour régler leur cause centrale qui est la Palestine.
Les personnes interrogées ont également exprimé leur espoir que les dirigeants africains puissent lors de leur sommet mettre les bases solides de la coopération ente les deux régions et appelé les Arabes à orienter leur investissement en Afrique pour réaliser les intérêts de leurs populations.
En somme, plus d'un milliard d'Arabes et d'Africains nourrissent l'espoir dans l'avènement d'un espace arabo-africain intégré égalant les espaces géants dans le monde et sont suspendus à la capacité et à l'engagement de leurs dirigeants réunis à Syrte de répondre à l'appel du guide Mouammar Kadhafi.

10 octobre 2010 10:18:00




xhtml CSS