Le siège de l'UA reste à Addis, le Parlement va en Afrique du Sud

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le siège de l'Union africaine restera en Ethiopie et celui du Parlement panafricain sera implanté en Afrique du Sud, a décidé mercredi à Addis-Abeba le troisième sommet de l'organisation.
Cette double décision, qui n'est pas vraiment une surprise, a été rendue possible grâce à la coopération de la Libye et de l'Egypte qui ont soit revu à la baisse leurs prétentions, soit simplement renoncé à une compétition dont ils ont dispensé le sommet.
La PANA a appris mercredi en fin d'après-midi, de source proche de la conférence, que la Libye, dont le leader n'a pas fait le déplacement d'Addis-Abeba, pour la première fois depuis cinq ans, avait saisi, le 27 mai dernier, le sommet d'un document intitulé: "Note explicative sur le transfert de la Commission de l'Union africaine".
Dans ce document, la partie libyenne expliquait que "les sièges de la Commission et de l'Union ne devraient pas être nécessairement liés" et s'engageait "à mettre le Complexe Ouagadougou de la ville de Syrte et tous ses annexes à la disposition de la Commission".
Elle s'est finalement ravisée.
L'Egypte, de son côté, aurait retiré sa candidature, laissant seul en lice l'Afrique du Sud, à qui il était le seul pays à lui disputer le siège du premier Parlement panafricain du continent.
Les chefs d'Etat qui s'étaient décidés à la mi-journée de mercredi à épuiser coûte que coûte leur ordre du jour afin de ne revenir jeudi que pour adopter leurs documents finaux et clôturer leur session, devraient se donner rendez-vous au Soudan pour l'an prochain.
On signale que Khartoum a fait part, depuis cinq ans, de son désir d'accueillir la grande famille africaine en juillet 2005.

07 juillet 2004 20:39:00




xhtml CSS