Le secteur de l’éducation dans une spirale de grèves au Togo

Lomé,Togo (PANA) - Le secteur de l’éducation nationale est encore dans une spirale de grèves dans les établissements scolaires du Togo et presque sur toute l’étendue du territoire, a constaté la PANA ce mardi à Lomé.

Après l’échec des négociations entre les syndicats d’enseignants et les ministères en charge des Enseignements primaire et secondaire ainsi que celui en charge de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, le 8 décembre dernier, l’on constate des débrayages des enseignants et des manifestations de rue des élèves pour contraindre le gouvernement à abdiquer.

Sur le tapis,  l’indemnité de logement, des primes de travail de nuit et de salissure qu’ils demandent à intégrer dans le budget 2017 du Togo sont en examen actuellement au Parlement.

A partir de mercredi 14 décembre, les enseignants vont observer une grève de 72 heures sur toute l’étendue du territoire national pour réclamer leurs indemnité et primes.

Déjà lundi et mardi, des sit-in avaient été observés dans les établissements scolaires,  suscitant le courroux des élèves qui accusent le pouvoir de ne pas prendre en compte les revendications de leurs professeurs.

Selon la stratégie des syndicats, les cours pendant la grève sont considérés comme faits, puisque l’Etat soustrait de l’argent aux enseignants pour chaque cours non tenu. Les élèves, se voyant pris en étau entre les autorités de l’éducation nationale et les enseignants, expriment leur colère dans les rues.

Ils s’organisent en groupes et chassent des salles de classe leurs camarades dont les enseignants ne font pas grève. Ces actions ont été déjà observées dans le Vo, sud-est du pays et surtout à Dapaong, environ 600km au nord du pays où, en 2013, l’on avait enregistré la mort de deux élèves tués par des policiers en faction devant le commissariat de la ville, entraînant saccage et incendie des édifices publics dans la ville.

Le phénomène de grève dans l’éducation, rappelle-t-on, est très fréquent et s’est accentué en 2013 et 2014 pour diverses revendications des enseignants. La tension est toujours très vive entre syndicats et pouvoir public, les enseignants étant très remontés contre ce qu’ils appellent "la pauvreté extrême" dans leur secteur.

-0- PANA  FAA/TBM/SOC  13décembre2016

13 décembre 2016 19:58:49




xhtml CSS