Le secrétaire d'Etat américain va entamer une tournée en Afrique

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - Le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, devrait entamer une visite élargie en Afrique, centrée sur la paix et la sécurité, le commerce et le contre-terrorisme, a déclaré Heather Nauert, porte-parole du département d'Etat américain.

La visite du 6 au 13 mars 2018 couvrira l'Afrique de l'Est, la région de l'Afrique centrale et l'Afrique de l'Ouest.

M.Tillerson devrait se rendre à N'Djamena, au Tchad, à Djibouti, à Addis-Abeba, en Ethiopie, à Nairobi, au Kenya et à Abuja, au Nigeria, pour s'entretenir avec des dirigeants africains, selon le Département d'Etat.

Le secrétaire d'Etat devrait également s'entretenir avec le président de la Commission de l'Union africaine et promouvoir le partenariat.

"En particulier, il envisage de discuter avec nos partenaires des moyens de lutter contre le terrorisme, promouvoir la paix et la sécurité, la bonne gouvernance et favoriser des échanges et des investissements mutuellement bénéfiques", a déclaré M. Nauert dans un communiqué.

A Addis-Abeba, la ministre éthiopienne des Affaires étrangères, Workneh Geneyehu, a déclaré que la visite de travail avait pour but d'échanger des points de vue sur les aspects de la paix et de la sécurité dans la Corne de l'Afrique et sur le continent.

Les responsables éthiopiens espèrent que le secrétaire d'Etat américain prendra plus au sérieux l'engagement de Washington à promouvoir la paix et la sécurité régionales, la lutte contre le terrorisme et le développement, la construction de la démocratie et les droits de l'homme.

Le secrétaire d'Etat américain devrait arriver à Nairobi le 11 mars 2018.

La visite intervient au milieu des protestations d'une section des politiciens kenyans pour le rappel de l'ambassadeur américain Robert Godec pour son soutien indéfectible au président Uhuru Kenyatta et au vice-président William Ruto après les élections présidentielles du 26 octobre 2017 au Kenya. Lesquelles élections, insiste l'opposition, ne devraient pas conférer à l'administration Kenyatta la légitimité de gouverner jusqu'en 2022.

En Ethiopie, la démission du Premier ministre, Hailemariam Desalegn, et la déclaration l'état d'urgence, publiquement opposée par le Département d'Etat, seront également évoquées lors de la visite à Addis-Abeba.

La visite de Tillerson fait suite aux remarques du président américain, Donald Trump, jugées désobligeantes pour les Etats et dirigeants africains qui ont déclenché la condamnation de l'Union africaine et amené les ambassadeurs africains accrédités à Washington et à New York à demander des excuses de la Maison Blanche.

Le président Trump aurait promis de rétablir les liens avec la visite de Tillerson dans une lettre adressée aux dirigeants africains lors de la récente assemblée des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA à Addis-Abeba.
-0-  PANA AO/VAO/MTA/TBM/SOC   02mars2018

02 mars 2018 21:36:46




xhtml CSS