Le respect des principes de la Francophonie est nécessaire pour sa redynamisation (Officiel)

Dakar,Sénégal (PANA) – Le conseiller à la Présidence de la République du Sénégal chargé des droits humains et de la paix, Mme Amsatou Sow Sidibé, a indiqué jeudi à Dakar que le respect des principes de la Francophonie par les gouvernants et les acteurs francophones est un élément important dans le processus de sa redynamisation après la tenue du 15ème sommet de la Francophonie prévu les 29 et 30 novembre prochain à Dakar.

''Nous voulons que la Francophonie joue son rôle véritable dans la mise en œuvre de sa vision politique après le sommet de Dakar. En matière de démocratie, droits de l’Homme, paix et développement, il faut que la réflexion se poursuivre pour avoir des prises de décision ou solutions communes aux nouveaux défis'', a expliqué Mme Sidibé lors de la deuxième journée du colloque international sur ''l’histoire de la Francophonie'' organisé par le comité scientifique préparatoire du 15ème sommet.

Les participants ont échangé sur la thématique de ''La démocratie, droits de l’Homme, paix et relations internationales'', afin d’aboutir à des résolutions positives qui seront proposées aux Chefs d’Etat et de gouvernement lors du sommet.

En sa qualité d’ancienne directrice de l’Institut des droits de l’Homme et de la paix de l’Université Cheick Anta Diop de Dakar, Mme Sidibé a précisé que ces défis sont souvent liés à la fragilité des Etats francophones, aux problèmes rencontrés par une grande partie des populations, notamment les femmes, les jeunes, les personnes vivant avec un handicap, les enfants, aux perturbations nées d’un déficit d’engagement et un manque de respect des normes qui ont été élaborées au sein de la francophonie.

Elle a également rappelé que les gouvernants doivent respecter strictement les principes de la Francophonie qui sont essentiellement basés sur le respect de l’universalité dans la diversité, l’indivisibilité des différents droits, la non discrimination qui selon elle, permet d’assurer la promotion et la protection des communautés et des groupes dans les communautés tels que les handicapés, les femmes et les enfants.

''La redevabilité et la transparence doivent être dans la conscience des gouvernements et de chacun d’entre nous. Ceci nous permettra de prendre en charge les différents éléments de la personne et des communautés tels que la démocratie, les droits civils, les droits économiques et socio-culturels, ainsi que la lutte contre la pauvreté afin de prévenir les conflits.

Prenant également part au colloque, le Pr Abdoulaye Elimane Kane a appelé tous les Chefs d’Etat francophones au respect de la démocratie constitutionnelle.

Tous les participants ont souhaité qu’à la fin du prochain sommet, la francophonie prenne un tournant qui lui permettra de s’occuper des questions politiques, à côté des questions culturelles et socio-économiques qui sont ses plus grands domaines d’intervention.

''Nous pensons que les Déclarations de Bamako (Mali) et de St Boniface (Canada) qui ont amplifié la dimension politique de la Francophonie soient des instruments pour la mise en œuvre des droits, de la démocratie, de la paix. Il serait bon que cette déclaration soit inscrite dans les préambules des constitutions francophones, afin d’éclairer toutes nos actions'', a conclu Mme Sidibé.

Le colloque a pour ambition de jeter les jalons d’un futur possible de la Francophonie, à l’aune des évolutions significatives de cette époque, notamment des grandes inflexions de la communauté internationale comme le passage aux Objectifs de Développement Durable.

Plusieurs témoignages ont été faits pour rendre hommage au secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf.

-0- PANA KAN/BEH/SOC   30 octobre 2014

30 octobre 2014 22:06:10




xhtml CSS