Le référendum au Soudan focalise l'attention de la communauté internationale

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le vote du référendum du 9 janvier 2011 qui va sceller l'avenir du Sud Soudan est au c?ur des efforts internationaux pour empêcher le retour aux 21 ans de guerre dans la région.
Le calibre des invités qui ont pris part à la réunion internationale de haut niveau sur le Soudan, qui s'est tenue au siège de l'ONU à New York, le 24 septembre, a confirmé l'importance que revêt le référendum soudanais qui se tiendra dans 100 jours.
"En janvier, le peuple du Sud Soudan prendra la décision importante de continuer de faire partie du Soudan ou de faire sécession pour former un Etat indépendant", a indiqué le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, lors du sommet de haut niveau sur le Soudan.
La réunion a été convoquée par le secrétaire général de L'ONU, Ban Ki-moon, pour passer en revue la situation au Soudan, à 107 jours du référendum d'autodétermination du Sud Soudan.
Cette réunion a vu la participation du président Barack Obama et de plusieurs dirigeants africains y compris Bingu Wa Mutharika, président du Malawi et de l'Union africaine, Meles Zenawi, Premier ministre éthiopien, les présidents Ali Bongo du Gabon, Mwai Kibaki du Kenya, Goodluck Jonathan du Nigeria, Paul Kagame du Rwanda et Yoweri Museveni de l'Ouganda.
La délégation soudanaise dirigée par le vice-président Ali Osman Taha et le premier vice-président et chef du gouvernement du Sud Soudan, Salva Kiir Mayardit, s'est engagée à tenir le référendum à date échue, le 9 janvier, et à en respecter le résultat.
"Les participants ont exprimé leu soutien au Soudan et au Sud Soudan et confirmé leur engagement à respecter le résultat d'un référendum crédible et à aider les Soudanais à instaurer une paix durable dans tout le pays au lendemain du référendum", a indiqué l'UA dans une déclaration.
M.
Ping a invité les dirigeants et le peuple du Soudan à relever le défi historique d'organiser un référendum légitime et crédible au sud Soudan.
Il a souligné que la principale responsabilité de trouver des solutions durables à la crise soudanaise repose sur les épaules des Soudanais.
"Le succès ou l'échec de tous les efforts consentis dépend des Soudanais ; la communauté internationale a le devoir d'apporter tout le soutien nécessaire, tout en gardant à l'esprit qu'elle ne peut pas se substituer au peuple soudanais", a lancé M.
Ping.

26 septembre 2010 19:08:00




xhtml CSS