Le prochain sommet de l'OIF aura lieu en 2012 en RD Congo

Montreux- Suisse (PANA) -- La capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, a été choisie dimanche à Montreux, en Suisse, pour abriter le 14ème sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) prévu en 2012.
S'exprimant à l'issue du 13ème sommet, le secrétaire général de l'OIF, Abdou Diouf, a estimé que ce choix a permis de régler «une très ancienne dette».
«Au sommet de la Francophonie, tenu en 1989 à Dakar, il avait été convenu que le suivant se tiendrait à Kinshasa.
Malheureusement, des raisons politiques ont empêché la réalisation de cette promesse.
Confier l'organisation du sommet de 2012 à la RD Congo n'est que justice», a déclaré l'ancien président du Sénégal, réélu samedi pour un troisième mandat de quatre ans à la tête de l'organisation qu'il dirige depuis 2002.
A la fin de leurs travaux, les chefs d'Etat et de gouvernement ont adopté un texte dit «Déclaration de Montreux» dans lequel ils réaffirment la nécessité d'une solidarité francophone face aux grands défis comme la sécurité alimentaire, le changement climatique et la diversité biologique.
«La construction de la paix, de la démocratie, de l'Etat de droit, le respect et la promotion des droits de l'Homme, ainsi que l'égalité entre les hommes et les femmes constituent la clef de voûte des valeurs communes de la Francophonie», souligne la Déclaration.
«Nous affirmons que la langue française constitue le creuset original de la coopération et de la solidarité entre nos Etats et gouvernements et entre nos peuples présents sur les cinq continents.
Sa promotion est au c?ur des missions de la Francophonie», ajoute le texte.
Le sommet, qui avait pour thème «Défis et vision d'avenir pour la Francophonie», a aussi reconnu que l'accès à une Education pour tous (EPT), ainsi qu'à la formation et à l'enseignement professionnel est une condition du développement durable des sociétés.
«Nous nous engageons à promouvoir l'EPT en synergie avec les partenaires au développement et la Société civile.
Nous réaffirmons la responsabilité principale des autorités publiques pour la formulation et la mise en ?uvre des politiques d'éducation et de formation, dans le respect des langues nationales», poursuit la Déclaration de Montreux.
Le sommet a également adopté huit autres résolutions portant, entre autre, sur la criminalité transnationale organisée, la lutte contre la piraterie maritime dans l'Océan indien et les actes de terrorisme.

24 octobre 2010 15:02:00




xhtml CSS