Le président kenyan encourage les somaliens pour la paix

Nairobi- Kenya (PANA) -- Le président kenyan, Daniel Arap Moï, a exprimé l'espoir que le gouvernement national de transition en Somalie servira de base de réconciliation pour les dirigeants de ce pays.
La réconciliation des dirigeants, qui ont des points de vue divergents, est essentielle pour construire une Somalie unie et paisible, a dit Moï, cité par le service de presse de la présidence.
Le chef de l'Etat kenyan s'exprimait à Nakuru, 157kms à l'ouest de Nairobi après un long tête-à-tête avec son homologue somalien Abdikassim Hassan Salat qui est arrivé à Nairobi mercredi pour discuter du difficile processus de paix dans son pays, déchiré par des conflits.
"Je suis prêt à rencontrer d'autres dirigeants somaliens pour discuter de la paix dès que possible", a déclaré Moï, soulignant que son pays est prêt "à faire tout son possible" pour restaurer la paix en Somalie.
Il a toutefois réaffirmé la nécessité pour les dirigeants somaliens de s'engager pour "l'intérêt suprême de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans leur pays".
"La paix permettrait aux populations de poursuivre leurs activités économiques mais aussi le retour des refugiés et des personnes déplacées", a-t-il ajouté.
La Somalie a basculé dans l'anarchie en 1991 suite au renversement du président Mohamed Siad Barre par des factions opposées à son régime dictatorial.
Des seigneurs de la guerre ont ensuite émergé et ont divisé le pays, dont la capitale Mogadiscio, en fiefs.
L'ancienne Somaliland britannique a fait sécession pour former la république du Somaliland qui n'est pas encore reconnue au plan diplomatique.
En août 2000, un gouvernement de transition a été installé grâce à des efforts de Djibouti.
M.
Salat, ancien ministre des Affaires étrangères de Siad Barré, est devenu président.
Les seigneurs de guerre ont rejeté le gouvernement de transition, même si une majorité des somaliens l'avait accepté.

17 mai 2001 20:58:00




xhtml CSS