Le président élu de la Centrafrique en visite en France

Paris, France (PANA) - Le Président français, François Hollande, a salué mercredi, à l'issue d'une rencontre avec le président centrafricain, Faustin-Archange Touadera, en visite en France, l'élection présidentielle de décembre 2015 en Centrafrique dont les résultats définitifs ont été proclamés en février dernier, la qualifiant de "transparente et incontestable".

"J’ai accueilli le président de la Centrafrique, M. Touadera. C’était pour nous l’occasion, une fois encore, de le féliciter pour l’élection présidentielle dont il est sorti victorieux, qui a été une élection transparente, incontestable et qui a permis de montrer qu’en Afrique, il est possible, même après une période particulièrement tumultueuse, de réussir à organiser un scrutin qui ne crée pas de troubles mais au contraire, a permis de rassembler", a déclaré le président français à l’issue d’une rencontre mercredi à l’Elysée avec son homologue centrafricain.

François Hollande a estimé que cette élection "est un exemple" parce que la Centrafrique était dans une situation proche du chaos en décembre 2013 avec des massacres, des crimes et des conflits inter-religieux.

"Il a fallu que la France prenne ses responsabilités, c’est ce que j’avais décidé avec nos amis Africains, avec le soutien des Nations unies, pour que nous puissions mettre un terme à ces combats fratricides, à ces bandes armées qui se livraient aux pires exactions et pour qu’il puisse y avoir une transition", a-t-il expliqué.

Le chef de l’Etat français a félicité la présidente de la transition, Samba-Panza, d’avoir "assumé cette responsabilité pendant toute cette période" et s’est réjoui "qu’un peu plus de deux ans après, il a été possible d’organiser une élection présidentielle et des élections législatives, avec tous les critères d’une démocratie".

"Deux ans et un peu plus, c’est un temps finalement court, quand on songe à ce qu’était la situation de la Centrafrique, quand on songe à ce qu’il y avait comme devoir de protection à assurer à la population, quand on songe à ce qu’était l’état de l’économie, c’est-à-dire finalement une Centrafrique qui ne parvenait plus à satisfaire les besoins de sa population", a estimé François Hollande.

Faustin-Archange Touadera, 58 ans, mathématicien de formation, ancien Recteur de l'université de Bangui et ancien Premier ministre du président François Bozizé renversé en 2013, a été élu en février dernier à l’issue du deuxième tour du scrutin  présidentiel avec 63% de voix.

"Mais au-delà de ces cas-là, qui devaient être évoqués et ils l’ont été à mon initiative, je crois que ce qu’on doit saluer, c’est le succès. Le succès qui a été celui de cette opération. Le succès de la Centrafrique qui peut, à juste raison, malgré tous ses malheurs, malgré toutes ses difficultés, s’enorgueillir de ce processus qui a conduit à votre élection et à votre présence aujourd’hui, Monsieur le président", a souligné François Hollande.

Si le président français reconnait le succès de la démocratie centrafricaine, il a affirmé, comme l’a déclaré son homologue centrafricain, "qu’il reste beaucoup à faire" car il y a plus de 800 000 déplacés et 450 000 réfugiés centrafricains dans les pays voisins.

Les deux chefs d’Etat ont appelé au désarmement de tous les groupes armés pour instaurer la sécurité et activer la participation des partenaires pour le développement économique.

"Là encore, la France sera présente à vos côtés, avec son aide budgétaire, avec les projets de l’Agence française de développement et avec l’Europe", a indiqué François Hollande, avant d’affirmer que "l’Europe doit également se mobiliser pour le développement économique".

Le président français a annoncé qu’il y aura dans les prochains mois une table-ronde à Bruxelles pour assurer l’aide indispensable et le soutien au développement économique de la Centrafrique, pour atteindre les objectifs qui ont été fixés par le nouvel exécutif centrafricain.
-0- PANA  BM/TBM SOC  21avril2016

21 avril 2016 19:07:50




xhtml CSS