Le président du Congo contre l’installation des "forces négatives" de la Centrafrique

Brazzaville, Congo (PANA) – Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, a déclaré mardi soir à Brazzaville, que les pays d’Afrique centrale n’accepteront pas l’installation des "forces négatives" en Centrafrique.

‘’Nous ne pouvons jamais accepter que des forces négatives s’incrustent, prennent pied, s’installent en République centrafricaine", a dit Sassou Nguesso, lors du réveillon d’armes, devant les responsables des Forces armées congolaises. "Nous ne pouvons jamais accepter que ce pays au cœur de l’Afrique centrale connaisse l’implosion", a-t-il ajouté.

Selon lui, l’implosion de la République centrafricaine, au cœur même de la sous-région, pourrait entraîner des conséquences très graves pour la sous-région d’Afrique centrale et même au-delà.

"Voilà pourquoi dès les tout premiers moments de la crise centrafricaine, nous nous sommes levés aux côtés des autres forces de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC), de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) pour faire face. Et, nous continuerons de faire face aux côtés de la CEEAC, de la CEMAC, de l’Union africaine (UA), des Nations unies et les autres forces des pays amis comme la France pour rétablir ce pays dans son fonctionnement normal, ramener la paix et la sécurité en République centrafricaine", a précisé le président congolais.

"Les vaillants officiers, soldats, gendarmes et policiers qui sont en mission là-bas doivent savoir que leurs peuples, leurs dirigeants sont à leurs côtés. Cette opération nous a montré combien il nous faut mobiliser d’énergies, de moyens, de forces pour mobiliser la force publique et obtenir sa réelle montée en puissance",  a-t-il souligné.

"Aux contingents congolais qui se trouvent en République centrafricaine, les témoignages qui nous parviennent, indiquent qu’ils accomplissent là-bas leur mission avec honneur, dignité et engagement. Nous leur souhaitons tout le succès dans l’accomplissement de cette mission. Ils peuvent toujours compter sur le soutien du peuple congolais, du gouvernement et du président de la République, chef suprême des armées. Ils accomplissent là-bas une mission importante", s’est félicité le chef de l’Etat du Congo.

Depuis le 5 décembre dernier, la Centrafrique connaît des violences inter-religieuses entre les musulmans et les chrétiens qui ont déjà fait près de 1000 victimes, selon les organisations humanitaires.

-0- PANA MB/TBM/SOC 31dec2013

31 décembre 2013 20:15:41




xhtml CSS