Le président du Congo au 20ème sommet de l’UA à Addis-Abeba

Brazzaville, Congo (PANA) – Le président  congolais, Denis Sassou Nguesso, a quitté Brazzaville ce samedi matin pour Addis-Abeba, en Ethiopie, où il prendra part au 20ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA), prévu du 27 au 28 janvier, a-t-on constaté.

Les travaux de ce sommet placé sous le thème "Panafricanisme et Renaissance africaine", seront dominés par la situation au Mali, le
gouvernement de l’UA et par les autres conflits ou zones de tension sur le continent.

La présidente de la Commission de l’UA, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, a notamment évoqué cette semaine la ‘’réémergence de conflits dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), en Guinée-Bissau et en république Centrafricaine’’.

"Si les combats ont cessé dans la province du Nord-Kivu en RDC, les pourparlers à Kampala, en Ouganda, entre le gouvernement et les rebelles du M23 avancent péniblement", a déploré Mme Nkosazana Dlamini-Zuma.

A Bissau, a-t-elle souligné, les autorités ont annoncé qu’il serait "impossible" d’organiser les élections générales prévues en mai 2013 pour clore la période de transition ouverte après le coup d’Etat d’avril 2012.

En Centrafrique, le ministère de la Défense a accusé, mercredi, la rébellion qui menaçait Bangui, en décembre, de continuer les hostilités malgré un accord de sortie de crise signé le 11 janvier à Libreville, au Gabon, entre le gouvernement, les rebelles de la Séléka et l’opposition démocratique.

Par ailleurs, la crise entre le Soudan et le Soudan du sud sera au programme des discussions des chefs d’Etat et de gouvernement de l’institution panafricaine, souligne-t-on.

Vendredi, le président sud-soudanais, Salva Kiir, a demandé à Addis-Abeba au Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine de faire appliquer les accords signés avec Khartoum, qu’il a accusé de bloquer leur mise en œuvre, après un nouvel entretien avec son homologue Omar El-Béchir, selon le ministère congolais des Affaires étrangères.

De nombreuses questions subsistent encore, notamment le tracé de la frontière commune, le partage de la manne pétrolière ou le statut d’Abyei, continuent de détériorer les relations entre les deux pays.

Les questions de développement économique du continent seront débattues par les présidents et chefs de gouvernement de l’UA ainsi que la préparation du 50ème anniversaire de la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA, actuellement UA), dont la cérémonie officielle aura lieu à Addis-Abeba en mai 2013.
-0- PANA MB/JSG/SOC 26jan2013





26 janvier 2013 12:31:10




xhtml CSS