Le président de la Commission de la CEDEAO n'exclut pas l'utilisation de la force contre Jammeh

Bamako, Mali (PANA) - "Le président Yahya Jammeh a perdu les élections. Ses pairs de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) lui proposent une porte de sortie honorable. Mais s’il ne le fait pas, on a mis les forces d’attente en alerte et nous allons l’obliger à partir à la fin de son mandat le 19 janvier prochain", a affirmé jeudi à Bamako, le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain De Souza qui était reçu en audience au palais présidentiel de Koulouba par le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta.

Le président de la Commission de la CEDEAO, à propos de la situation du Mali, a souhaité que la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) soit aujourd’hui une force d’imposition de la paix au Mali.

"L’accord de paix, après 18 mois de sa signature, n’est pas appliqué comme nous le souhaitons", a-t-il regretté.

M. De Souza a annoncé la tenue à Bamako en mars 2017 d’une conférence internationale dont l’objectif est d’accélérer la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation au Mali.
-0- PANA GT/TBM/IBA  23décembre2016

23 décembre 2016 10:37:40




xhtml CSS