Le président de la Commission de l’UA défend son bilan

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) – Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), le Gabonais Jean Ping, a fermement défendu jeudi à Addis-Abeba, la capitale de l'Ethiopie, son bilan, affirmant que mon premier mandat de quatre ans a contribué à repositionner l’Afrique sur l’échiquier mondial.

S'exprimant à l’ouverture du 20ème Conseil exécutif de l’UA, il a affirmé que la Commission qu’il dirige a toujours privilégié l’action sur la rhétorique, afin d’apporter des réponses concrètes et des résultats tangibles.

«Il vous souviendra que lors de ma prise de fonction, je me suis engagé pour une obligation redditionnelle et de transparence ainsi que des résultats concernant la gestion des ressources mises à la disposition de la Commission dans l’accomplissement de ses missions», a martelé l’ancien ministre gabonais des Affaires étrangères.

M. Ping a par ailleurs cité parmi les acquis de son mandat les efforts de l’UA pour la stabilité, la paix et le développement en Afrique.

«Le moins qu’on puisse dire, c’est que le mandat de l’équipe actuelle de la Commission a démarré sur les chapeaux de roue pour se poursuivre au rythme soutenu d’efforts déployés dans l’appui et le suivi de la recherche de sorties de crise», a ajouté M. Ping, candidat à sa propre succession.

Selon lui, le premier mandat a également permis le parachèvement de l’architecture continentale de paix et de sécurité, ainsi que des activités connexes menées dans le domaine du désarmement, de la gestion des frontières et de la lutte contre les trafics et le terrorisme.

«Je voudrais souligner les avancées remarquables enregistrées dans la mise en place progressive de l’architecture africaine pour la paix et la sécurité, tant en ce qui concerne les acquis du Conseil de paix et de sécurité (CPS), du Conseil des sages et du Système continental d’alerte rapide que pour ce qui est du renforcement de la coordination entre l’UA et les Communautés économiques régionales», a-t-il it.

Au-delà de son bilan, M. Ping aura besoin d’autres arguments pour convaincre les pays de lui renouveler leur confiance, alors qu’il doit faire face à la candidature de l’ancien ministre sud-africain des Affaires étrangères, Mme N’Kosozana Dlamini-Zuma, à la présidence de la Commission.

L'élection du président de Commission de l’UA s’annonçait jeudi très indécise, chacun des deux candidats affichant une confiance certaine tout en continuant de battre campagne auprès des délégations déjà arrivées dans la capitale éthiopienne.

Les chefs d’Etat et de gouvernement choisiront l'un des deux candidats avant de procéder à la désignation du vice-président et des commissaires de l’organisation continentale.
-0- PANA SEI/AAS/IBA  26jan2012

26 janvier 2012 14:33:42




xhtml CSS