Le président de la Commission de l'UA Jean Ping à la tête d'une délégation de haut niveau en Côte d'Ivoire

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - Une délégation de haut niveau de la Commission de l'Union africaine, conduite par son président, Jean Ping, doit se rendre ce jeudi à Abidjan pour trouver un moyen de sortir la Côte d'Ivoire de l'impasse politique où elle se trouve, a annoncé l'UA.

Cette visite entre dans le cadre de la décision prise par le Conseil de paix et de sécurité de l'UA (CPS), la semaine dernière, d'impliquer M. Ping dans la résolution du différend entre le président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo et son rival, Alassane Ouattara, qui revendiquent tous deux la victoire au deuxième tour de l'élection présidentielle du 28 novembre, dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

"Des dispositions ont déjà été prises par le président Ping pour rencontrer les deux parties séparément ou ensemble" ,a déclaré Noureddine Mezni, porte-parole de M. Ping, dans un communiqué.

La délégation de l'UA, qui comprend le commissaire à la Paix et la Sécurité, Ramtane Lamamra et Victor Gbeho, président de la CEDEAO, entre autre, va d'abord rencontrer le chef de l'Etat nigérian, Goodluck Jonathan - président en exercice de la CEDEAO - à Abuja, avant de se rendre à Abidjan.

Plusieurs organisations multilatérales, dont les Nations Unies et la CEDEAO, ont reconnu M. Ouattara comme le vainqueur de l'élection.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a déclaré mercredi qu'il craignait que cette crise déclenche à nouveau la guerre civile qui avait divisé le pays en 2002.

Le ministre des Affaires étrangères de M. Gbagbo a déclaré mardi qu'une nouvelle médiation africaine était prévue, après que l'ancien président sud-africain, Thabo Mbeki, mandaté par l'UA pour servir de médiateur dans la crise ivoirienne, ait apparemment échoué.

"Au moment où je vous parle, il est temps de faire une médiation. Il faut prendre des mesures pour envoyer des médiateurs africains", a déclaré Alcide Djedje.

M. Djedje, ancien conseiller diplomatique de M. Gbagbo et ambassadeur de la Côte d'Ivoire auprès des Nations unies, a déclaré que les Etats-Unis et la France (ancienne puissance coloniale) avaient fait une erreur en s'empressant de reconnaître la victoire de M. Ouattara.

L'UA s'est jointe à la CEDEAO en suspendant la Côte d'Ivoire de ses instances.
-0- PANA OR/SEG/FJG/JSG/IBA 16déc2010

16 décembre 2010 11:01:51




xhtml CSS