Le président centrafricain justifie la présence des soldats russes dans son pays

Bruxelles, Belgique (PANA) - "Les soldats russes ne sont pas arrivés clandestinement en  Centrafrique", a précisé jeudi à la presse le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, en escale à Bruxelles, en revenant de New York où il a assisté aux travaux de l'Assemblée générale des Nations unies.

La présence des soldats russes est devenue très visible à Bangui, où ils assurent la sécurité des bâtiments de la présidence de la République, notamment.

Après l’autorisation accordée par l’ONU à la Russie de fournir des armes à la Centrafrique, des soldats russes continuent d’arriver dans ce pays où ils ont installé leur base à l’ancien Palais en état d'abandon à Bérengo de l’empereur Jean-Bedel Bokasa.

L’ONU avait décrété un embargo sur les ventes d’armes à la Centrafrique, alors que ce pays a besoin d’armes pour constituer une nouvelle armée actuellement en formation par des officiers instructeurs européens.

Le président centrafricain a demandé à l’ONU des renforts pour la Mission de l’ONU en Centrafrique (MINUSCA), actuellement forte de 12.000 casques bleus issus de plusieurs pays.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé l’envoi de 900 casques bleus supplémentaires en Centrafrique.

Après l’appel lancé à l’ONU par le président Faustin-Archange Touadéra pour des renforts de la MINUSCA, le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Marcel Amon-Tanoh a annoncé à la tribune de l’ONU que son pays enverrait prochainement 450 soldats en Centrafrique.

Pour sa part, depuis New-York, le Secrétaire général-adjoint de l’ONU, chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a refusé de confirmer si les soldats russes seraient intégrés au sein de la MINUSCA.
-0- PANA AK/JSG/IBA 27avr2018

27 avril 2018 09:31:11




xhtml CSS