Le président Jacob Zuma appelle à investir dans les infrastructures en Afrique

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - L'investissement dans le développement des infrastructures en Afrique n'est pas une question de lendemain, mais d’aujourd’hui, a déclaré samedi le président sud-africain, Jacob Zuma, qui est  à la tête du comité de haut niveau de l'Initiative présidentielle des champions pour les infrastructures (PICI) .

S’adressant aux journalistes après  la 28ème réunion du Comité d’orientation des chefs d'État et de gouvernement (HSGOC) du NEPAD , le président Zuma a déclaré que tous les projets proposés dans le cadre du PICI avançaient bien et que certains avaient atteint le stade de mise en œuvre.

"Nous ne pouvons pas changer notre passé, mais nous devons façonner notre avenir», a déclaré le président Zuma , soulignant l'enthousiasme des dirigeants africains pour mener à bien un certain nombre de projets qui visent à moderniser les systèmes de transport du continent, y compris les chemins de fer, les routes et les gazoducs.

Le HSGOC a élu le président sénégalais, Macky Sall, comme nouveau président pour pourvoir le siège laissé vacant par l'ancien Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi.

Selon le président Sall, la session a examiné les progrès enregistrés dans les sept projets qui ont déjà été approuvés et a ajouté deux nouveaux projets en matière d'énergie et d’assainissement, à entreprendre dans le cadre de la PICI.

Chacun des anciens projets a un président désigné comme  champion.

«Je crois que personne ne devrait être découragé par les chiffres relatifs à la durée ou le coût de ces projets. Dans plusieurs pays  des portions de chemins de fer ou d’autoroutes  doivent être reliés.

«L'Afrique dispose de ressources suffisantes qui lui sont propres pour mettre en œuvre ses ambitions  concernant les infrastructures. Nous avons juste besoin de renforcer nos capacités et de partenariat pour améliorer les voies ferrées existantes, les autoroutes et les télécommunications», a déclaré le président Sall.

L’expert chargé des infrastructures de transport du NEPAD, John E. Tambi, a déclaré à la PANA que les études de faisabilité ont été achevées ou en voie d'achèvement sur tous les projets proposés, sauf le déblocage des goulets d'étranglement "politiques" sur certaines parties de l'interconnexion des TIC à large bande de fibres dans certains pays.

M. Tambi a expliqué que le premier projet concerne le chaînon manquant sur la route trans-saharienne, à environ 200km du Niger, où la construction doit commencer cette année sous la direction  du président algérien.

Le prochain projet porte sur une liaison en fibre optique de l'Algérie au Nigeria, via le Niger. Environ 700 km ont déjà été mis en œuvre du côté algérien.

M. Tambi a déclaré que le troisième projet est un pipeline de gaz de 4000 km trans-saharien allant du Nigeria à l'Algérie via le Niger.

Le Nigeria a engagé 400 millions de dollars américains pour la mise en œuvre d'une partie du projet.

Le quatrième projet dont l'étude préliminaire  a été achevée, est le projet de construction d'un pont et de la route reliant Kinshasa en République démocratique du Congo à Brazzaville, au Congo

Le cinquième projet de construction concerne des liaisons ferroviaires et routières de Dakar au Sénégal, via Ndjamena, au Tchad, à Djibouti, en Afrique de l'Est.

Le président Sall a affirmé qu'il était le défenseur personnel du projet qui permettra de relier 10 pays, dont le Mali, le Burkina Faso, le Nigeria, le Niger, le Cameroun, le Tchad, le Soudan et l'Ethiopie, pour un coût de 2,4 milliards de dollars.

M. Tambi a souligné que le sixième projet concerne le corridor de transport Nord-Sud allant de l'Afrique du Sud à l'Egypte, qui comprend neuf sous-projets prioritaires, dont deux ont été achevés.

Le septième projet est une ligne de navigation du lac Victoria à Alexandrie, en Egypte, et son étude de pré-faisabilité a été achevée.
-0- PANA AR/SEG/AKA/AAS/SOC 26jan2013

26 janvier 2013 18:45:02




xhtml CSS