Le président Compaoré dirigera la lutte contre le SIDA

Ouagadougou- Burkina Faso (PANA) -- Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, présidera désormais le Conseil national de lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (CNLS/IST), indique jeudi le communiqué du conseil des ministres tenu le même jour.
Doté d'un secrétariat général, le CNLS/IST se réunira une fois par an pour définir les politiques et les grandes orientations nationales de lutte contre le VIH/SIDA et les IST.
En outre, le Conseil définira les domaines d'intervention de la lutte, les ressources et les types d'appui à la mise en oeuvre du plan national multisectoriel contre le VIH.
Selon le décret, qui l'institue, le conseil devra approuver le plan national multisectoriel.
On rappelle que, avant son rattachement à la présidence du Faso, le Conseil était sous la tutelle du ministère de la Santé où il n'était qu'un Comité national de lutte contre le SIDA durant les dix ans de sa création.
Ce changement intervient pour "marquer l'importance que le gouvernement accorde à la lutte contre la pandémie du SIDA",a expliqué le ministre de la Santé, M.
Joseph Emmanuel Tapsoba, interrogé jeudi par la PANA.
Le secrétariat permanent, note-t-on, est chargé de conduire la décentralisation de la lutte au niveau des régions, provinces, départements et au sein des ministères.
Il devra également organiser la flopée d'associations de lutte contre le SIDA pour les mettre sur des réseaux plus performants et plus profitables pour les malades.
Evoquant la question des prix actuels des anti-rétroviraux, M.
Tapsoba a indiqué que les malades peuvaient les acquérir à environ 25 000 francs CFA (35,30 dollars) par mois grâce aux dernières négociations avec les firmes pharmaceutiques.
"Le gouvernement est en train d'examiner la question dans le but de subventionner ces médicaments pour que le burkinabe moyen puisse l'acquérir", a-t-il souligné.

20 septembre 2001 23:12:00




xhtml CSS