Le président Béchir invite Ban Ki-moon au Soudan

New York- Etats-Unis (PANA) -- Le président soudanais, Omar el-Béchir a invité le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon à se rendre en visite au Soudan, un pays secoué par une crise armée qui déchire la région du Darfour située dans l'ouest du pays, au cours d'un entretien téléphonique, a-t-on appris mardi à New-York de source diplomatique.
La porte-parole des Nations unies, Michele Montas, a confirmé l'invitation faite mardi, en déclarant, à ce sujet: "Oui, le chef de l'Etat soudanais a invité Ban Ki-moon à effectuer une visite dans son pays".
Elle a indiqué que le Secrétaire général avait "donné son accord de principe à cette visite", même si aucune date n'a encore été retenue.
Elle a cependant mentionné que le Secrétaire général de l'ONU avait rappelé au président Béchir "le choix qui avait été fait, en accord avec Alpha Oumar Konaré, président de la Commission de l'Union africaine (UA), de nommer un seul représentant spécial et un seul représentant spécial adjoint de l'ONU et de l'UA pour la région du Darfour, ainsi qu'un seul commandant pour la mission conjointe".
La porte-parole a également affirmé qu'au cours de cet entretien téléphonique, le Secrétaire général avait abordé avec le chef de l'Etat soudanais les aspects politiques et humanitaires de la présence de l'ONU et de l'UA dans le Darfour.
"Aujourd'hui (lundi), le Secrétaire général a informé le président du Conseil de sécurité, Dumisani Kumalo d'Afrique du Sud, du contenu de sa conversation avec le président soudanais et il compte s'entretenir de la question du Darfour avec les membres du Conseil de sécurité au cours de leur déjeuner de jeudi", a encore expliqué Mme Montas.
Par ailleurs, des exemplaires de la traduction de la lettre de 14 pages du président seront remis aux membres du Conseil de sécurité.
Dans sa première réponse au Secrétaire général des Nations unies, la semaine dernière, le chef de l'Etat soudanais avait rejeté le projet des Nations unies de déployer une force conjointe dans le Darfour, appelant plutôt à la convocation de nouvelles négociations et ce, malgré l'accord de principe qui avait été donné.

13 mars 2007 13:23:00




xhtml CSS