Le patron de l'armée rwandaise galvanise ses troupes au Darfour

Kigali- Rwanda (PANA) -- Le chef d'état-major suprême des 'Rwanda Defense Forces-RDF', le général James Kabarebe, a demandé au contingent rwandais des forces de maintien de la paix de l'Union africaine déployées au Darfour dans le cadre d'une mission de maintien de la paix, de mener leur opération avec une vigilance suite à une éventuelle escalade de la violence dans cette région meurtrie du Nord-Ouest du Soudan, a-t-on appris mercredi de source militaire.
S'adressant à un groupe d'une centaine de soldats du 31ème Bataillon des RDF, avant leur départ pour une mission de maintien de la paix de l'Union africaine, le général Kabarebe a rappelé que l'exploit des troupes rwandaises dans la sous-région et au niveau continental ne date pas d'aujourd'hui.
"Vous partez en qualité de soldats rwandais.
Gardez toujours la même discipline militaire, mais il ne faudra jamais hésiter à riposter en cas d'une éventuelle attaque sur vos positions", leur a-t-il suggéré.
"Même si vous allez désormais porter des casquettes bleus au cours de votre mission, sachez que l'ennemi n'a pas encore désarmé", a poursuivi Kabarebe qui a demandé à ses troupes de garder une tête froide et s'opposer avec toutes leurs forces à cet axe du mal qui continue de créer une insécurité dans le Darfour.
"Soyez de vrais combattants, calmes et mesurés, et nous ne voulons jamais entendre qu'il y a un soldat rwandais pris en otage par une milice comme ça se passe pour d'autres pays dans le cadre des missions de maintien de la paix", a-t-il ajouté, estimant que ce qui se déroule actuellement au Darfour est presque similaire à ce qui s'est passé au Rwanda en 1994, il y a douze ans.
"On a passé plusieurs nuits blanches en luttant pour arrêter le génocide.
Ne vous laissez soumettre à aucun ordre qui vous demandera de déposer les armes ni accepter d'être pris en otage", leur a-t-il conseillé.
Outre le Rwanda, l'UA a accepté de renforcer sa mission de 150 observateurs chargés de la surveillance du cessez-le-feu au Darfour et appuyée par une force de protection de 300 hommes.
L'organisation continentale prévoit de déployer une force militaire élargie de plus de 3.
000 hommes dont le mandat sera d'assurer la protection des opérations humanitaires et de prévenir toute attaque de groupes armés contre les populations civiles.
Les Nations unies ont exigé des autorités soudanaises qu'elles contrôlent plus étroitement les Djanjawids, accusant cette milice arabe, qui se déplace à cheval ou à dos de chameau, de commettre des atrocités contre des civils innocents, un acte qualifié de génocide par certains observateurs.

26 avril 2006 11:32:00




xhtml CSS