Le partenariat entre l'ONU et l'Union africaine "n'est pas un choix mais une nécessité", selon une responsable onusienne

New York, Etats-Unis (PANA) - Un partenariat plus fort entre les Nations unies et l'Union africaine "n'est pas un choix mais une nécessité" pour relever les défis complexes à la paix et à la sécurité qui se posent aujourd'hui en Afrique, a déclaré mercredi une haute responsable de l'ONU.

"La complexité des défis à la paix et la sécurité auxquels l'Afrique est confrontée est telle que ni les Nations unies ni l'Union africaine ne peuvent les résoudre seules", a déclaré au Conseil de sécurité, Sahle-Work Zewde, la Représentante spéciale du Secrétaire général auprès de l'Union africaine et cheffe du Bureau des Nations unies auprès de l'Union africaine (BNUUA).

"Comme l'a noté le Secrétaire général lors de son briefing au Conseil de paix et sécurité de l'UA à Addis-Abeba, la semaine dernière, l'Union africaine est le partenaire stratégique le plus important entre les Nations unies et une organisation régionale en matière de paix et de sécurité, de développement et de droits de l'Homme", a-t-elle ajouté.

Les deux organisations ont donné la priorité au développement d'un partenariat systématique, prévisible et stratégique basé sur le respect mutuel, des valeurs communes et un avantage comparatif, a noté Mme Zewde.

Un communiqué de l'ONU rappelle que les Nations unies et l'Union africaine ont signé un Cadre commun pour un partenariat renforcé en matière de paix et de sécurité en avril de l'année dernière, ainsi que le Cadre commun pour la mise en œuvre de l'Agenda 2063 de l'Afrique et de l'Agenda 2030 pour un développement durable en janvier 2018.

Selon Mme Zende, ce partenariat est "caractérisé par une collaboration plus étroite, des échanges d'informations et des consultations plus régulières et une action coordonnée comprenant des visites de terrain conjointes et des déclarations conjointes".

Mme Zewde faisait un compte-rendu au Conseil de sécurité du rapport du Secrétaire général sur le renforcement du partenariat entre les deux organisations en matière de paix et de sécurité en Afrique et sur le travail de son bureau.

Un point essentiel de ce rapport est que les Nations unies et l'Union africaine reconnaissent leur interdépendance.

Elles doivent également reconnaître le rôle essentiel des organisations sous-régionales, qui sont souvent les premières à détecter les signes d'alerte précoces d'un conflit imminent et qui sont des partenaires importants dans la promotion du dialogue et de la réconciliation.

Mme Zewde a cependant souligné que si la relation entre l'ONU et l'UA est plus forte que jamais, les deux organisations doivent néanmoins collaborer plus étroitement.

Elle a également souligné l'importance de la résolution des conflits par des réactions rapides et décisives pour les écarter avant leur escalade, tout en s'assurant de l'appropriation par l'Afrique de ce processus.

Dans son rapport, le Secrétaire général a exprimé son soutien au financement des opérations de paix de l'UA autorisées par le Conseil de sécurité, y compris par des contributions évaluées des Nations unies.

Il est également essentiel que la question d'un financement prévisible et durable des opérations de paix de l'UA autorisées par le Conseil de sécurité soit - au cas par cas - intégrée dans le cadre d'une stratégie politique commune et fasse l'objet d'une analyse commune, a-t-elle ajouté.
-0- PANA MA/FJG/JSG/IBA 19juil2018

19 Julho 2018 09:40:10




xhtml CSS