Le oui mais de Kadhafi pour l'intérêt international pour le Darfour

Syrte- Libye (PANA) -- Le colonel Mouammar Kadhafi de Libye s'est félicité, samedi, de l'intérêt accordé par la communauté internationale à la question du Darfour, estimant que cette préoccupation prouve également l'intérêt du reste du monde pour la paix dans le continent africain.
Dans une intervention lors d'une rencontre, à Syrte (centre de Libye), avec des délégations venues prendre part à la conférence internationale organisé par son pays sur la question du Darfour, le leader libyen s'est néanmoins interrogé sur les motifs de ce grand intérêt de la communauté internationale pour le Darfour, "malgré l'existence de foyers de tension plus graves ailleurs dans le monde".
Il a formulé l'espoir que cet intérêt ne soit pas uniquement motivé par des intérêts égoïstes de certains pays dans la région, et affirmé que les dirigeants des mouvements rebelles qui hésitent à s'engager dans le processus de paix sont encouragés par cet intérêt manifesté par la communauté internationale.
Le colonel Kadhafi a, à ce propos, mis en garde contre le comportement de certaines parties qui ont des intérêts commerciaux et qui tirent profit des opérations de distribution des aides humanitaires pour faire du commerce et prolonger la crise.
Le guide de la révolution libyenne a en outre fait état de rapports parvenus au Secrétaire général des Nations unies sur la mauvaise réputation des forces de maintien de la paix de l'ONU et donné l'exemple de cas de mauvais comportements de ces forces signalés dans la Corne de l'Afrique, en RD Congo et dans d'autres pays.
Selon lui, la solution à la crise du Darfour consistera à ne pas accorder trop d'importance aux dirigeants des mouvements rebelles, à ne pas les soutenir ou leur accorder des facilités, ce qui, a-t-il dit, favorisera le règlement rapide du problème du Darfour.
Il a fait remarquer que des conflits n'ayant pas fait l'objet d'un grand tapage de la part de la communauté internationale ont ainsi pu être résolus rapidement.
Les ministres des Affaires étrangères du Soudan, Lam Akol, du Tchad, Ahmed Allami, d'Egypte, Ahmed Abou Al-Ghit, ainsi que les envoyés spéciaux du Secrétaire général des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour, MM.
Jan Eliasson et Salim Ahmed Salim, l'émissaire spécial du président américain pour le Soudan, Andrew Natsios et le délégué de la Grande-Bretagne, Christopher Frontes ont pris part à cette rencontre.
Etaient également présents le directeur du département Afrique au ministère français des Affaires étrangères, Jean De Gliniasty, le délégué de la Norvège, Kelly Hundebo, l'envoyé spécial du gouvernement hollandais, Edouard Kranin, le conseiller du chef d'Etat érythréen pour les Affaires politiques, Yamani Gabrab, l'envoyé de la Ligue arabe au Darfour, Zeid Mohamed Rafik Sabban, le commissaire africain pour la Paix et la Sécurité, Saïd Djinnit, l'adjoint du ministre égyptien des Affaires étrangères pour les affaires africaines et de l'Union africaine, Maassoum Marzouk.
L'audience chez le colonel Kadhafi a aussi enregistré la présence de l'envoyé de l'Union européenne au Darfour, Pika Havisto et du directeur adjoint du Département Afrique du Nord au ministère russe des Affaires étrangères, Alexand Shin et le directeur du Département de l'Ouest de l'Asie et de l'Afrique du Nord au ministère chinois des Affaires étrangères, Song Aiguo.
L'envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies au Darfour a affirmé que les idées contenues dans le discours du colonel Kadhafi serviront dans les discussions lors de la conférence.
Il a expliqué que plusieurs raisons expliquent la participation d'un grand nombre de pays à cette rencontre, citant notamment la vive émotion et la tristesse causées par la situation dramatique au Darfour et la solidarité de la communauté internationale avec les populations de cette province.
Il a salué la sagesse et les initiatives du colonel Kadhafi aux niveaux régional et international en faveur du règlement de cette question, et affirmé que la paix ne peut être réalisée que par la conjugaison des efforts de tous, tout en formulant l'espoir que la conférence contribuera à accélérer le processus de paix au Soudan.

29 avril 2007 15:01:00




xhtml CSS