Le gouvernement somalien appelle à une coopération internationale pour arrêter le commerce illégal de charbon

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - Le gouvernement fédéral de Somalie a appelé, lundi, à une coopération internationale et de celles des États africains et du Golfe pour arrêter l'exportation illégale de charbon, conformément à une Résolution du Conseil de sécurité des Nations unies votée en 2012, en raison de son impact destructeur sur l'environnement et de moyen d'exacerbation du conflit et des crises humanitaires.

Selon un communiqué conjoint relatif à la conférence internationale ouverte ce lundi à Mogadiscio pour juguler le commerce illicite de charbon, sa production et son utilisation, le vice-Premier ministre somalien, Mahdi Mohamed Guled, a réaffirmé l'engagement du gouvernement à mettre fin à cette activité délictueuse et à offrir des sources de revenus et d'énergie alternatives aux populations.

Le vice-Premier ministre Mohamed Guled a aussi appelé à une action urgente et au soutien de la Communauté internationale et des pays importateurs de charbon.

"Nous avons besoin d'une réponse holistique pour résoudre les questions sur le charbon en Somalie. Aussi bien la demande que l'offre doivent être résolues. Pour faire cela, nous avons besoin de coopération pour mettre en œuvre la Résolution du Conseil de sécurité et nous assurer que les pertes environnementales, économiques et humaines dues au commerce illicite de charbon sont jugulées", a ajouté M. Mohamed Guled.

Pour le représentant spécial-adjoint du Secrétaire général des Nations unies en Somalie, Peter de Clercq, la destruction environnementale résultant du commerce de charbon contribue à la sécheresse, aux inondations, à la perte de sources de revenus et à l'augmentation de l'insécurité alimentaire.

Enfin, la directrice régionale pour l'Afrique d'ONU-Environnement, Juliette Biao Koudenoukpo, a noté qu'un partenariat régional était important pour mettre fin à la production non bénéfique, à l'utilisation et à l'exportation de charbon en Somalie.

"ONU-Environnement et ses partenaires soutiennent le gouvernement de Somalie dans l'élaboration de cadres de politiques solides pour maintenir l'interdiction et trouver des sources alternatives au charbon", a souligné Mme Koudenoukpo.

La conférence, qui a pour thème "Bâtir des partenariats pour enrayer le commerce non profitable du charbon, sa production et son utilisation en Somalie", réunit de hauts responsables gouvernementaux de Somalie, des responsables des Nations unies, des experts internationaux et somaliens en environnement et des partenaires donateurs internationaux qui vont élaborer une feuille de route d'actions concrètes y compris des politiques régionales exécutoires pour arrêter le commerce de charbon, sa production et son utilisation.

Elle est organisée par le gouvernement somalien grâce à l'appui financier de l'Union européenne, de la Suède et de l'Italie et au soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et d'ONU-Environnement. Elle prend fin mardi.

Entre 2011 et 2017, ce sont 8,2 millions d'arbres qui ont été abattus en Somalie pour en faire du charbon. Plus de 80 pour cent de charbon produit sont exportés vers les pays du Golfe et les pays limitrophes de la Somalie.

Le commerce illicite de charbon est la principale source de financement des milices et des groupes terroristes comme Al Shebaab qui prélèvent illégalement des taxes à l'exportation.
-0- PANA BAL/BEH/IBA 07mai2018

07 mai 2018 15:06:18




xhtml CSS