Le gouvernement kenyan ferme une radio privée

Nairobi- Kenya (PANA) -- Des forces de sécurité ont investi ce mercredi, à Nairobi, sur ordre du gouvernement kenyan, les locaux de la radio "Citizen Media", débranché le matériel de transmission de la station et arrêté le propriétaire.
Des responsables de l'organisme gouvernemental de régulation du secteur des télécommunications, la Commission kenyane des télécommunications (CCK), et la police ont d'abord perquisitionné le domicile du responsable de la radio, Samuel Kamau Macharia, avant de se rendre dans les locaux de la radio à Ambank House, dans le centre de Nairobi.
La CCK a affirmé que la radio a violé l'article 89 de la Loi kenyane de 1998 sur les Communications, qui interdit tout transfert des équipements de transmission.
M.
Macharia doit répondre de trois charges portant sur l'installation et l'utilisation des équipements de communication radio sans autorisation préalable, indique-t-on.
Il est en outre accusé d'avoir, sans autorisation valable, implanté des radios d'information dans deux endroits différents, entre mars et avril 2001.
De plus, il lui est reproché d'avoir fait de l'obstruction à l'action des agents de police dans l'exercice de leurs fonctions, au moment où ceux-ci procédaient à la fouille de ses locaux.
M.
Macharia a cependant bénéficié d'une libération sous caution contre paiement d'une somme de 500.
000 shillings (6.
400 dollars US).
La station de radio avait été déjà fermée une première fois, sans préavis, mais une décision d'un tribunal lui avait permis de continuer à émettre, en attendant le jugement en appel, rappelle- t-on.
Le tribunal a également ordonné par la suite à la CCK d'éviter d'entraver le fonctionnement de la station, alors que l'affaire était pendante devant la justice.

25 avril 2001 22:47:00




xhtml CSS