Le dossier des migrants en Libye au Sommet UA-UE, les visites d'al-Sarraj à Washington et la tournée libyenne de Salamé à la Une de la presse

Tripoli, Libye (PANA) - Les journaux libyens de cette semaine se sont intéressés au traitement réservé au dossier des migrants en Libye par le 5ème sommet de l'Union africaine (UA) et de l'Union européenne (UE) tenu du 29 au 30 novembre à Abidjan, en Côte d'Ivoire, qui s'est soldé par la décision d'organiser un pont aérien pour l'évacuation d'urgence des migrants coincés dans ce pays d'Afrique du Nord.

La visite du président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale libyen à Washington sur invitation de Donald Trump destinée à harmoniser leur partenariat dans le lutte contre le terrorisme a été largement couverte par la presse qui s'est fait l'écho de la tournée effectuée par l'émissaire des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé, pour faire le point du processus politique et de la mise en œuvre du Plan d'action pour régler la crise en Libye.

Le site du journal libyen al-Wassat a rapporté le discours du président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale, Fayez al-Sarraj, qui a exhorté l'Union africaine (UA) et l'Union européenne (UE) à revoir leur stratégie de partenariat, soulignant que le problème de l'immigration "épuise" la Libye au même titre que les autres pays.

M. al-Sarraj a signalé l'envergure des défis communs en Afrique et en Europe et à l'avant-garde desquels l'immigration clandestine et le terrorisme, soulignant, selon le journal, que "plus de deux millions d'Africains travaillaient de manière régulière en Libye avant l'entrée du pays dans le conflit. Mais maintenant, le nombre a diminué de façon spectaculaire".

Selon al-Wassat, le chef du gouvernement reconnu par la communauté internationale a mis en exergue les dangers qui guettent les migrants actuellement, affirmant que "ceux qui entrent maintenant dans le pays empruntent des voies illégales et dangereuses, loin du regard de l'Etat libyen, en mettant leur destin entre les mains des gangs internationaux et locaux qui en font une marchandise de leur trafic".

Il a souligné que les partenaires de la Libye connaissent "l'envergure des efforts et l'étendue de notre coopération pour sauver des vies et soulager leurs souffrances", affirmant que ce qui a été publié par certains médias sur les pratiques négatives à l'égard des migrants, "fait l'objet d'une enquête par les autorités compétentes".

Al-Wassat a rapporté que M. al-Sarraj a fait part du rejet de tous les Libyens et leur désapprobation de ces pratiques inhumaines, qui sont incompatibles avec la culture, le patrimoine et les valeurs du peuple libyen, promettant que "Si elles sont vérifiées leurs auteurs seront traînés devant la justice".

Le journal paraissant au Caire en Egypte a fait part des mesures prises par le 5ème Sommet de l'UA et de l'UE consistant à la mise d'un plan d'évacuation d'urgence des migrants en situation précaire dans les centres de détention en Libye.

Al-Wassat a cité le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, qui a annoncé que 3.800 migrants doivent être évacués d'urgence, précisant que le nombre total des migrants coincés en Libye est situé entre 400.000 et 700.000.

Le même journal a indiqué la proposition du président français Emmanuel Macron de mettre en place une police de renseignements chargée de dissuader les jeunes dans leur pays d'origine de quitter leur pays pour immigrer.

Pour sa part, Afrigtanews a accordé une large couverture à la  visite effectuée par Fayez al-sarraj aux Etats-Unis  au cours de laquelle il a été reçu par le président américain Donald Trump qui l'a qualifié de partenaire de l'Amérique dans la lutte contre le terrorisme qui a dominé les sujets évoqués lors des entretiens à Washington.

Le journal a ajouté que le président du Conseil présidentiel libyen s'est entretenu avec le secrétaire à la Défense John Mattis avec qui, il a  évoqué la levée partielle de l'embargo sur les armes afin d'équiper la garde maritime libyenne et la garde présidentielle chargée de la sécurisation du gouvernement.

La lutte contre le terrorisme et les efforts pour harmoniser la coopération en vue d'éradiquer les groupes terroristes de la Libye,  ont été au menu de l'entretien entre les deux hommes , selon le journal qui a rapporté l'entretien de M. al-Sarraj avec le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson qui a réitéré le soutien des Etats-Unis au Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale.

De son côté, al-Marsad s'est intéressé à la tournée effectuée par l'Emissaire des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé pour faire le point avec les protagonistes libyens sur le processus  politique et la mise en œuvre du Plan d'action pour régler la crise libyenne.

Dans ce cadre, M. Salamé s'est rendu  à Tripoli, Misrata et Benghazi pour discuter avec les responsables du plan d'action qu'il a proposé et qui semble être dans l'impasse, selon le journal.

Al-Marsad a rappelé que le Parlement a adopté les propositions sur l'amendement de l'Accord politique relatif à la composition du Conseil présidentiel alors que le Haut Conseil d'Etat a rejeté ces propositions bien qu'elles soient issues des pourparler entre les délégués des deux Assemblées tenus à Tunis en Tunisie sous les auspices de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (UNSMIL).

Les responsables à Tripoli et Misrata ont mis l'accent sur la nécessité d'organiser des élections générales pour faire émerger une nouvelle majorité issue des urnes et reflétant la volonté des Libyens, selon le journal qui ajoute que les interlocuteurs à Benghazi dans la région orientale ont privilégié la mise en œuvre du plan d'action qui comporte trois étapes étalées sur un an portant sur la révision de l'Accord politique, l'organisation d'une conférence inclusive, l'adoption d'une Constitution et des élections générales.

L'émissaire onusien  a fait part à ses interlocuteurs que les Nations unies se sont investies à organiser des élections d'ici 2018 et plus précisément avant l'été, selon le journal qui explique que M. Salamé a fait part de la nécessité que certaines conditions soient remplies à l'instar de la sécurité et de l'engagement de tous les protagonistes à en accepter les résultats.
-0-  PANA  BY/TBM  03déc2017

03 décembre 2017 19:59:44




xhtml CSS