Le départ du chef du service Afrique suscite un malaise à RFI

  Paris- France (PANA) -- Une atmosphère de malaise et d'inquiétudes règne au sein de la rédaction parisienne de Radio France internationale (RFI) après la décision d'Alain Le Gouguec de quitter ses fonctions à la tête du service Afrique, a appris, mardi, la PANA de source syndicale.
Selon la Société des journalistes (SDJ) de RFI, le départ de M.
Le Gouguec et celui de Jérôme Bouvier de la direction de la rédaction en France ont un lien avec l'expulsion de Sophie Malibeaux, correspondante de RFI au Sénégal, et l'assassinat, le 21 octobre, à Abidjan de Jean Hélène, correspondant en Côte d'Ivoire.
"Faut-il voir dans ces départs une volonté de reprise en main, notamment, dans le traitement de l'actualité africaine?", s'interrogent les journalistes de RFI dans un communiqué rendu public.
Peu après son départ de la tête du service Afrique de RFI pour reprendre les fonctions de secrétaire général de France Inter, Alain Le Gouguec a déploré les conditions de travail à RFI, précisant qu'il y "règne un climat de délation".
Sans en être le pilier essentiel, le service Afrique a la réputation d'être "sensible" à RFI au regard de l'attention que porte à son traitement de l'actualité africaine le ministère français des Affaires étrangères, tout comme la cellule africaine de l'Elysée.
Il avait enregistré des remous, il y a quelques mois, lorsque la direction de la radio était intervenue, à la demande de l'Elysée, pour empêcher la diffusion d'une interview de l'ancien Premier ministre togolais Agbéyomé Kodjo.
L'entretien avait été finalement diffusé sous la menace d'une grève des journalistes de la "radio mondiale" qui est entièrement financée par des fonds publics et placée sous la double tutelle des ministères des Affaires étrangères et de la Culture.

18 Novembro 2003 19:19:00




xhtml CSS