Le décès de Mandela une perte immense, selon Human Rights Watch

Johannesburg, Afrique du Sud (PANA) - Le décès de Nelson Mandela est une perte pour l’Afrique du Sud, mais aussi pour le monde entier, déclare Human Rights Watch, dans un communiqué publié peu après l'annonce du décès de l'ancien président sud-africain, jeudi soir à son domicile de Johannesbourg.

"La vie de Mandela était le symbole du combat pour la liberté, l’égalité et la justice, trois valeurs fondamentales des droits humains", explique Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch.

"Son décès nous rappelle le caractère exceptionnel, tant en Afrique qu’au-delà de ce continent, de sa manière de gouverner basée sur la morale et sur la dignité", indique-t-il

Pour l'organisation internationale basée à New York, en dépit de sa condamnation à la prison à vie et des vingt-sept années qu’il a passées en prison jusqu’en 1990, Nelson Mandela a prêché avec passion et sans amertume apparente la réconciliation et la nécessité de construire une nouvelle Afrique du Sud.

La pierre angulaire de ce développement est la Constitution admirée de l’Afrique du Sud, qui consacre les valeurs fondamentales que sont la dignité humaine, l’égalité et la liberté, ainsi que l’importance de la reconstruction nationale, de la participation publique et de la cohésion sociale.

Toutefois, selon HRW, après près de vingt ans de démocratie, l’Afrique du Sud n’est toutefois pas encore devenue le pays envisagé par Mandela.

Inégalité et pauvreté sévissent encore, les secteurs de l’éducation et de la santé sont inadaptés et l’Afrique du Sud reste un pays divisé par la ségrégation raciale et par de profondes inégalités économiques.

"Mandela a sorti l’Afrique du Sud des ténèbres et de la violence", a ajouté Kenneth Roth.

" Il serait bon que la nouvelle génération de dirigeants du pays se montre à la hauteur de ses nobles idéaux et de son ardent engagement en faveur des droits humains", estime-t-il.
-0- PANA SEG/NFB/JSG/IBA 06dec2013

06 décembre 2013 11:53:48




xhtml CSS