Le conflit au Tchad menace les opérations du PAM au Darfour

N'djaména- Tchad (PANA) -- Le Programme alimentaire mondial (PAM) a réitéré ses avertissements concernant le conflit se déroulant actuellement au Tchad, estimant qu'il menace ses efforts de distribution de l'aide alimentaire aux milliers de réfugiés dans la région du Darfour, au Soudan.
Dans un communiqué de presse rendu public vendredi à N'djaména, le PAM a averti que toute poursuite ou escalade du conflit actuel au Tchad pourrait avoir des implications sérieuses sur les efforts humanitaires et placer des milliers de personnes dans une situation de pénurie alimentaire dans l'Est du Tchad et de l'autre côté de la frontière, dans la région soudanaise du Darfour en proie à des troubles.
"Plus l'instabilité se prolonge, plus les gens auront besoin d'aide et pourtant cette même aide sera encore plus difficile à distribuer", a déclaré Stefano Porretti, directeur-pays du PAM au Tchad.
En dépit des récents affrontements survenus entre le gouvernement et les forces rebelles et l'évacuation consécutive du personnel non essentiel de l'ONU et des ONG, le PAM reste opérationnel au Tchad et termine ses distributions alimentaires du mois d'avril dans les camps de l'Est du pays qui abritent environ 210.
000 réfugiés venus du Darfour, a-t-il fait savoir.
Il a toutefois insisté sur le fait que la sécurité précaire menace de rendre encore plus difficile l'opération logistique déjà très complexe.
"Notre opération dans l'Est du Tchad ne tient qu'à un fil même durant les meilleurs moments", a déclaré M.
Porretti.
"Nous avions averti il y a quelque temps que toute détérioration de la situation pourrait avoir des conséquences terribles pour ceux à qui nous apportons de l'aide et aujourd'hui certaines de nos pires craintes pourraient se matérialiser", a-t-il ajouté.
Les mois d'avril et de mai sont absolument critiques pour le succès de l'opération car le PAM se bat pour prépositionner suffisamment de vivres pour six mois dans chacun des 12 camps de réfugiés de l'Est du pays avant les pluies annuelles qui rendent le transport routier impossible.
Si les convois de camions continuent à passer facilement par la Lybie et le Cameroun alors le PAM a pour objectif de mettre les vivres en place.
Toutefois, si l'insécurité entraîne des retards, il y aura des conséquences sérieuses pour les distributions.
Les pénuries durant la saison des pluies ne peuvent être compensées que par des parachutages onéreux, une situation que le PAM désire éviter.
La fermeture de la frontière entre le Tchad et le Soudan suite à l'assaut des rebelles sur la capitale pourrait également avoir un impact sérieux sur les opérations du PAM dans le Darfour Ouest, où l'organisation humanitaire mondiale nourrit actuellement 500.
000 personnes.
L'essentiel de la nourriture distribuée dans le Darfour Ouest arrive actuellement de la Libye via le Tchad, mais la fermeture de la frontière va rendre cette route inutilisable.
Le PAM est également concerné par le fait que la poursuite de la violence dans l'Est du Tchad entraînera le déplacement d'un nombre plus important de Tchadiens à l'intérieur de leur pays.
On estime que 50.
000 personnes ont été contraintes de quitter leurs maisons depuis les premières attaques en décembre dernier.

22 avril 2006 13:00:00




xhtml CSS