Le combat contre "Daech" ne peut plus attendre, selon le ministre libyen des Affaires étrangères

Le Caire, Egypte (PANA) - Le combat contre "Daech" ne peut attendre la formation d'un gouvernement d'unité nationale, alors que cette organisation continue à se livrer à des massacres dans la ville de Syrte, a estimé le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohamed al-Dairi.

"Pouvons-nous attendre deux ou quatre mois pour un gouvernement de consensus national et laisser continuer les massacres commis par Daech", s'est-il interrogé mardi dans un discours devant la Ligue arabe, avant de renouveler la demande du gouvernement intérimaire libyen aux Etats arabes de mener des frappes aériennes contre les bastions de "Daech" à Syrte, l'armée de l'Air libyenne souffrant d'une carence en raison de l'embargo sur les armes.

Le ministre libyen des Affaires étrangères a mis en garde contre l'existence d’une corrélation entre le terrorisme et la migration illégale, qui constitue une menace sérieuse pour l'Europe.

Il a souligné la relation étroite entre ce qui se passe au Nigeria, en termes d’actes terroristes perpétrés par Boko Haram et ce qui se passe en Libye.

Selon lui, le danger de "Daech" menace tous les pays voisins, en particulier l'Egypte, l'Algérie, la Tunisie et le Soudan, ainsi que l'Europe, par le trafic humain et les vagues d'immigrants clandestins.

Il est attendu de la réunion d’urgence de la Ligue arabe qu'elle accède aux requêtes de la Libye pour mener des actions militaires ciblées contre "Daech" à Syrte et contribuer à la levée de l’embargo sur les armes imposé à la Libye.
-0- PANA BY/JSG/IBA 18aoû2015

18 août 2015 12:15:49




xhtml CSS