Le chômage des jeunes au menu de la réunion des ministres africains

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - Les ministres africains qui forment le Conseil exécutif de l'Union africaine ont ouvert leur réunion ce dimanche à Malabo, en Guinée équatoriale, en prélude au sommet des chefs d'Etat du continent à la fin du mois.

Un de leurs principaux objets de débat sera le thème du sommet, à savoir la jeunesse africaine, un sujet d'une actualité brûlante après les soulèvements en Afrique du Nord.

Le thème de cette réunion avant le sommet de Malabo a été inspiré par la nécessité urgente de faire face au problème du chômage des jeunes qui prend l'ampleur d'une crise malgré les taux de croissance économique plutôt positifs en Afrique.

Le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, a déclaré que l'amélioration de la situation des jeunes était essentielle pour le progrès économique et social du continent et nécessitait une analyse minutieuse.

"Nous sommes face à une situation très alarmante. Nous avons assisté à des manifestations d'étudiants, mais jusqu'à quel point ces manifestations estudiantines entraînent véritablement des changements de régime. C'est une situation qui nous préoccupe fortement", a déclaré M. Ping.

Les crises politiques en Tunisie et en Egypte ont largement été causées par l'incapacité à fournir des emplois décents à des jeunes gens ayant un certain niveau d'instruction.

L'Afrique espère également recevoir l'assistance financière promise au continent pour régler les problèmes de sa jeunesse.

L'Australie, le Danemark, l'Inde et le Japon ont fait diverses propositions sur la manière dont leurs pays pourraient aider l'UA à résoudre les problèmes de la formation et de la création d'emplois pour les jeunes, sur la base d'une croissance économique renforcée et des échanges internationaux.

En janvier, l'Australie, un des géants miniers du monde, a proposé d'augmenter le nombre de bourses proposées aux étudiants africains qui est actuellement de 400 par an, à un millier d'ici 2013 dans le cadre du renouvellement de sa coopération avec l'Afrique.

Le ministre australien des Affaires étrangères, Kevin Rudd, qui a participé aux deux dernières réunions du Conseil exécutif de l'UA, a déclaré que l'Australie s'attelait actuellement à obtenir 04 milliards de dollars à accorder au titre de l'aide aux pays africains. Cette somme devant s'ajouter aux 20 milliards de dollars investis par des sociétés australiennes dans diverses activités minières à travers l'Afrique.

M. Rudd a révélé que le gouvernement australien était disposé à aider les Etats africains à élaborer des lois qui régiraient le secteur minier en Afrique pour s'assurer que les populations africaines reçoivent une part plus équitable des ressources minières tirées du continent.

Mais l'offre la plus importante pour l'amélioration de la condition des jeunes a été faite par l'Inde, qui propose des bourses à 20.000 étudiants africains dans le cadre du programme e-network, où la priorité est donnée à l'agriculture et à la science.

Le Japon propose également de doubler son aide extérieure à l'Afrique d'ici 2012 à 15 milliards de dollars tout en annonçant son soutien à la création de l'Université panafricaine, destinée à renforcer les capacités des jeunes à mettre en place un nouvel agenda économique et industriel pour le continent.

De récents rapports de l'ONU indiquent que même si l'Afrique reste la plus importante source de croissance économique au plan mondial, cette croissance reste cependant insuffisante pour créer des emplois.

En plus des efforts à déployer pour la croissance économique, les dirigeants africains sont également invités à lutter contre la corruption et attirer des investissements susceptibles de créer plus d'emplois pour les jeunes chômeurs.

Le défi pour les ministres africains étant de traduire les promesses des bailleurs faites au cours des précédentes réunions du Conseil exécutif en politiques réalisables et bénéfiques pour la jeunesse africaine.

-0- PANA AO/SEG/FJG/TBM/IBA 26juin2011

26 june 2011 18:00:18




xhtml CSS