Le chef de l’Etat burundais vole au secours des consommateurs

Bujumbura- Burundi (PANA) -- Le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza vient d’ordonner la suspension immédiate de la mesure portant hausse des tarifs d’eau et d’électricité dans des proportions respectives de l’ordre de 71 et 212 Francs burundais, ce qui avai dressé l’opinion contre le pouvoir.
La mesure impopulaire de l’unique entreprise publique d’eau et d’électricité (REGIDESO) avait poussé les associations des consommateurs et les syndicalistes à appeler à la mobilisation générale pour contrecarrer les hausses tarifaires immodérées de nature à pénaliser encore davantage une population dont le pouvoir d’achat n’a cessé de s’effriter durant la décennie écoulée de guerre civile.
La REGIDESO s’abrite généralement derrière la dette de l’Etat qui dépasse les 10 milliards de Francs burundais (plus de 10 millions de dollars US) et les coûts bas d’eau et d’électricité pour demander la hausse des factures.
Les citoyens rencontrés dimanche matin dans les rues de Bujumbura ont accueilli avec bonheur la mesure présidentielle qui vient s’ajouter à d’autres gestes visant à soulager la misère grandissante de la population burundaise.
Aussitôt élu, le nouveau chef de l’Etat burundais s’était en effet empressé de proclamer la gratuité de l’enseignement dans le primaire public et des soins maternels à l’accouchement et aux enfants de moins de cinq ans.
Les taxes habituellement pratiquées à l’importation des produits vivriers de large consommation comme le riz, le poisson, le haricot, la farine ou encore les huiles, ont été également supprimées.
Le président Nkurunziza n’a pas non plus oublié l’apéritif cher à ses concitoyens en ordonnant une révision sensible à la baisse des prix jusque-là pratiqués sur tous les produits alcoolisés et les limonades de la Brasserie nationale du Burundi (BRARUDI).

04 february 2007 11:47:00




xhtml CSS