Le Sommet mondial sur les violences sexuelles a débouché sur peu de résultats tangibles, selon les ONG

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) – Les militants de la campagne internationale pour stopper les viols et les violences basées sur le Genre dans les conflits ont déploré vendredi que le Sommet mondial organisé par le gouvernement britannique sur les violences sexuelles ait débouché sur peu de résultats tangibles ayant de moindres impacts immédiats sur le terrain.

Dans un communiqué transmis à la PANA, la co-lauréate du Prix Nobel de la paix, la Libérienne, Leymah Gbowee, co-initiatrice de cette campagne et d’autres militants ont relevé que la violence sexuelle dans un conflit a été débattue de façon isolée au lieu d’être discutée en corrélation avec le contexte général du militarisme et du statut inégalitaire des femmes dans le monde.

Pour Mme Gbowee, ce que souhaite la Société civile, ce ne sont pas des mots, mais que les gouvernements pèsent de tout leur poids pour mettre fin aux violences sexuelles.

"La violence sexuelle et le viol ne surgissent pas uniquement en temps de guerre, ils sont aussi étroitement liés aux violences dans l’existence des femmes en temps de paix", a-t-elle soutenu.

Par ailleurs, les activistes de cette campagne ont déploré une faible représentation de la Société civile lors des réunions gouvernementales et aussi que peu de gouvernements aient pris des engagements financiers ou politiques pour endiguer les violences sexuelles.

-0- PANA BAL/TBM/IBA 13juin2014

13 juin 2014 22:44:29




xhtml CSS