Le Secrétaire général de l'ONU invite à prêter une oreille attentive aux victimes du terrorisme

New York, États-Unis (PANA) - La reconnaissance de l’impact du terrorisme sur la vie des gens ordinaires dans le monde entier est au centre de la première célébration d’une Journée internationale consacrée aux victimes et aux survivants.

Pour le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, le courage des victimes du terrorisme et des survivants face à l'adversité est une leçon pour nous tous.

"Soutenir les victimes et leurs familles est un impératif moral, basé sur la promotion, la protection et le respect de leurs droits humains", a indiqué le patron de l'ONU dans un message marquant la Journée internationale du souvenir et de l’hommage aux victimes du terrorisme, célébrée mardi.

"Prendre soin des victimes et des survivants et amplifier leurs voix aident à contester le discours de haine et de division que le terrorisme vise à propager. Nous devons fournir aux victimes une assistance à long terme, notamment un soutien financier, juridique, médical et psychosocial".

Le terrorisme continue de représenter une grave menace pour la paix et la sécurité internationales, selon M. Guterres qui a rappelé que l’ONU était, elle aussi, régulièrement ciblée.

Il a rappelé que cette semaine marquait le 15ème anniversaire de l'attentat à la bombe contre le siège de l'ONU à Bagdad, où 22 personnes ont été tuées, alors que certaines opérations de maintien de la paix sont constamment menacées.

Bien que davantage de pays soient touchés par le terrorisme, l’ONU a déclaré que la plupart des victimes se trouvaient dans une poignée, à savoir l’Afghanistan, l’Irak, le Nigeria, la Somalie et la Syrie.

"Mais après les attaques terroristes, nous entendons rarement parler de ceux qui ont été tués ou blessés; les femmes ordinaires, les hommes, les filles et les garçons, qui s'occupaient de leurs affaires quotidiennes lorsque leur vie a pris fin ou ont été changées pour toujours", a poursuivi M. Guterres. "Nous entendons rarement parler de leurs familles, amis et communautés survivantes, qui doivent apprendre à vivre avec le fardeau du terrorisme pendant toute leur vie".

Le chef de l’ONU a déclaré que la Journée internationale rappelait donc "qu’il faut arrêter et écouter les victimes et les survivants du terrorisme, faire entendre leur voix et reconnaître l’impact du terrorisme sur leur vie".
-0- PANA MA/JSG/IBA 22août2018

22 août 2018 15:05:09




xhtml CSS