Le Premier ministre éthiopien nommé président de l'UA promet d'accélérer la lutte contre la pauvreté

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) – Le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, s'est vu confier dimanche la présidence de l'Union africaine (UA) et a promis d'œuvrer en faveur de l'exécution de différents projets, dont les réformes internes au sein de l'UA.

Le nouveau président, qui succède à Thomas Yayi Boni du Bénin a promis de mettre la priorité dans la mise en œuvre des projets de l'UA pour stimuler l'agriculture et les objectifs en vue de l'industrialisation.

"Il ne fait aucun doute que l'Afrique doit maintenir le rythme actuel de croissance qu'il a pu réaliser au cours de la décennie passée. Cela ne peut se faire que si l'on réussit les changements structurels", a déclaré M. Hailemariam.

Il a exposé l'essentiel de son programme à la présidence et a exhorté à une participation  effective de l'Afrique à l'élaboration d'une nouvelle série d'objectifs pour les Nations unies dans la lutte contre la pauvreté.

Le Premier ministre éthiopien a déploré le fait que l'Afrique demeure "distancée" dans la réalisation des grands objectifs de développement.

Il a affirmé que le Sommet devrait envisager la création d'un groupe de chefs d'Etat, sous la direction de la présidente du Liberia, Mme Ellen Johnson Sirleaf, pour battre campagne en faveur des intérêts de l'Afrique pour l'élaboration de nouveaux objectifs de croissance.

M. Hailemariam a déclaré que l'Ethiopie s'est jointe à la campagne mondiale pour superviser le recrutement de plus d'un million d'agents de santé communautaire et a ajouté que la campagne, lancée la semaine passée à Davos, en Suisse, va accélérer la réalisation des OMD en Afrique.

"Nous ne pourrons libérer le potentiel de l'Afrique pour le développement et la prospérité de nos populations que dans la prévalence d'une paix et d'une stabilité durables sur notre continent", a déclaré M. Hailemariam.

Il a indiqué que l'émergence de graves conflits dans certaines parties de l'Afrique constitue un recul qui nécessite des mesures urgentes pour y remédier.

Prenant la parole avant de remettre la présidence rotative de l'organisation forte de 54 pays membres, le président Yayi Boni a déploré l'absence de structures effectives pour les activités du bureau du président.

Il a, également, exhorté à la formation d'une commission de haut niveau d'experts pour revoir la configuration de l'UA et a fait part de la nécessité de réformes pour en faire une organisation plus forte et capable de résoudre les conflits.

-0- PANA AO/VAO/ASA/TBM/ IBA27jan2013 

27 janvier 2013 19:00:22




xhtml CSS