Le Parlement somalien élargi élira le nouveau président à Djibouti

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Des officiels somaliens ont annoncé que le Parlement somalien élargi doit être créé avant l'élection, le 26 janvier à Djibouti, du président qui doit remplacer Abdullahi Yusuf, démissionnaire depuis l'année dernière.
Les dirigeants somaliens, qui se sont rencontré ce week-end à Addis- Abeba, en Ethiopie, lors d'une réunion présidée par le commissaire à la Paix et la Sécurité de l'Union africaine, Ramtane Lamamra, ont également affirmé que la situation sécuritaire dans la capitale, Mogadiscio, s'améliorait rapidement.
La création d'un Parlement somalien élargi, conformément à l'accord de Djibouti signé le 26 octobre 2008 et un autre accord portant sur la formation d'un cabinet conjoint regroupant les loyalistes et les groupes islamistes modérés, se produira à compter du 20 janvier.
Les leaders des factions somaliennes avaient convenu que la formation du Parlement élargi, qui se traduira par l'arrivée de 75 députés supplémentaires, essentiellement des membres de l'opposition, serait la première étape vers l'élection présidentielle du 26 janvier.
La réunion, consacrée au déploiement des troupes somaliennes suite au retrait des soldats éthiopiens de ce pays de la Corne de l'Afrique, a également passé en revue la situation politique et sécuritaire dans le pays et convenu de la nécessité de désigner les hauts responsables de l'Etat.
L'UA a indiqué avoir rencontré des officiels somaliens et les Etats d'Afrique de l'Est contributeurs de troupes pour attirer leur attention sur la situation dans le pays après la démission du président.
La Somalie est sans gouvernement stable depuis 17 ans.
Les efforts en vue de la formation d'un Gouvernement fédéral de transition (TFG) ont échoué suite aux conflits intertribaux entre les différents clans qui se battent pour le contrôle du pays.
L'ancien président Yusuf, qui a tenté de diriger sans succès le TFG pendant quatre ans, a démissionné le 29 décembre 2008, en reprochant à la communauté internationale de n'avoir pas soutenu les efforts de son gouvernement en faveur de la création d'une autorité centrale dans le pays.
L'ex-dirigeant a remis sa démission au président de l'Assemblée nationale, Sheikh Aden Madobe, avant de se rendre dans sa ville natale, dans le Puntland, où les aînés de son clan lui ont immédiatement offert un siège en tant que membre senior du clan.
Lors des discussions d'Addis-Abeba, auxquelles ont assisté le ministre ougandais de la Défense, Crispus Kiyonga et son homologue du Burundi, Germain Niyoyankana, les hommes politiques somaliens ont dit aux ministres que des progrès significatifs avaient été faits dans le cadre de la formation du Parlement élargi.
Le vice-Premier ministre somalien, Abdala Boss Ahmed, qui est aussi le ministre de la Défense, a informé l'UAC des progrès que le gouvernement avait fait concernant la formation du Parlement élargi et le renforcement de la séucirté en Somalie.
Un membre de l'opposition somalienne, Mohamed Abdi Mohamed, a également pris part à ces discussions.
La reconnaissance de l'opposition par l'UA est aussi un signe d'avancement des négociations pour le partage du pouvoir en Somalie.
Un communiqué de l'UA rendu public à l'issue de la rencontre indique que les politiciens somaliens ont donné aux officiels ayant honoré cette réunion de leur présence un calendrier pour la formation du Parlement élargi et l'élection des principaux officiels dudit Parlement.
Le nouveau président somalien élu désignera immédiatement un Premier ministre, qui devrait à son tour identifier les membres de son gouvernement.
Le TFG et l'opposition ARS (l'Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie) formeront alors un comité national mixte sur la sécurité pour contrôler l'accord de cessez-le-feu des deux côtés.

12 janvier 2009 15:59:00




xhtml CSS