Le Parlement malien soutient les accords de Marcoussis

Bamako- Mali (PANA) -- L'Assemblée nationale du Mali, réunie lundi en fin d'après-midi en session ordinaire, a exprimé son soutien aux accords de Marcoussis censés mettre fin à la crise politico- militaire qui secoue, depuis plus d'une année, la Côte d'Ivoire.
"A l'instar de tous les patriotes africains, nous continuons de croire aux accords de Marcoussis, nous lançons un appel à toutes les parties afin qu'elles puissent s'atteler, de nouveau et ensemble, à la seule tâche qui importe, le développement de ce beau pays", a déclaré, le président de l'Assemblée nationale, Ibrahim Boubacar Keïta, s'étonnant par ailleurs que le recours au putsch en Guinée-Bissau n'émeuve outre mesure les opinions africaines.
Manifestant aussi son indignation contre les "projets de bannissement, voire même d'assassinat du président palestinien Yasser Arafat, concoctés dans des cercles de faucons israéliens", le Parlement malien, par la voix de son président, réaffirme solennellement son soutien "total et indéfectible" à la cause du peuple palestinien, et réassure le président Arafat de toute sa solidarité et de toute sa sympathie.
Les députés maliens expriment de même leur solidarité envers le peuple frère irakien, indiquant que "l'enlisement des forces coalisées dans le bourbier irakien, le regain de violence qui agite la région, leur a donné raison".
"Nous avons en effet eu raison de nous être opposés à l'agression dont ce pays a fait l'objet, sous des prétextes ne convainquant même pas les opinions des pays concernés elles-mêmes aujourd'hui", ajoute Ibrahim Boubacar Keïta, saluant au passage la "position courageuse et responsable de la France et de son président, Jacques Chirac".
La présente session parlementaire ordinaire de l'Assemblée nationale du Mali, qui verra le renouvellement de tous les organes élus du Parlement, à la seule exception de la présidence, a pour objet l'étude et le vote de la loi de finances.
Le Conseil des ministres du Mali a adopté la semaine dernière en session extraordinaire le projet de loi portant Loi de finances pour l'exercice 2004 qui table sur un taux de croissance de 5,4% en 2004 contre 2,9% en 2003.
De la nouvelle nomenclature budgétaire, il ressort que les prévisions de recettes se chiffrent, en 2004, à 699 milliards 302 millions de FCFA (1.
150.
055.
040 dollars américains) contre 652 milliards 26 millions en 2003 (1.
120.
055.
040 dollars américains), soit une augmentation de 7,46%.
Au niveau des dépenses, le budget 2004 est arrêté à 787 milliards 198 millions de FCFA (1.
352.
573.
824 dollars américains) contre 732 milliards 524 millions de FCFA (1.
258.
632.
320 dollars américains) en 2003, soit une augmentation de 7,46%.
Le projet de budget 2004, a indiqué le gouvernement, dégage un déficit prévisionnel de 87 milliards 896 millions de FCFA (151.
024.
048 dollars américains) contre 80 milliards 498 millions de F CFA (138.
312.
720 dollars américains) en 2003, soit un taux de 9,19%.

07 octobre 2003 11:23:00




xhtml CSS