Le Parlement de la CEDEAO examine la corruption et le blanchiment des capitaux

Praia, Cap-Vert (PANA) – La Commission mixte du Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a entamé ce mardi dans la capitale capverdienne, Praia, une rencontre de quatre jours pour débattre des textes communautaires concernant la lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux, a appris la PANA, à Praia, de source parlementaire.

La réunion, qui réunit les Commissions permanentes du Parlement chargées des Affaires politiques, de la paix et de la sécurité pour le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et le Mécanisme africain d’évaluation des pairs (MAEP) et pour les Affaires juridiques et judiciaires, vise à permettre aux parlementaires de s’approprier les textes de la CEDEAO et de définir un rôle efficace pour cet organe en la matière.

L’introduction du thème sera faite par un représentant de la Commission de la CEDEAO qui fera le point de la situation et abordera les perspectives de sa mise en œuvre effective.

Le thème sur les "textes de la CEDEAO en matière de lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux: contraintes notées lors de sa mise en œuvre et le rôle de son Parlement" sera présenté par un représentant du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment des capitaux en Afrique de l’Ouest (GIABA), institution chargée du renforcement des capacités des Etats membres dans la prévention et le contrôle du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme dans la sous-région.

Le protocole qui crée le Parlement de la CEDEAO a été signé à Abuja (Nigeria), le 06 août 1994, et est entré en vigueur depuis le 14 mars 2002 en tant que forum pour le dialogue, la consultation et le consensus des représentants des peuples de l’Afrique de l’Ouest, afin de promouvoir l’intégration sous-régionale.

-0- PANA CS/TON/CJB/TBM/SOC     24fév2015

24 février 2015 23:37:58




xhtml CSS