Le PM de la RCA plaide pour le renfort de la force internationale de maintien de la paix

Luanda, Angola (PANA) – La République Centrafricaine (RCA) a demandé lundi le renfort de la force internationale de maintien de la paix dans le pays, pour une plus grande couverture du territoire national.

La demande a été formulée à Luanda par le Premier ministre du gouvernement de transition de la RCA, André Nzapayéké, arrivé ce même jour dans la capitale angolaise pour une visite officielle de 24 heures.

S'exprimant devant la presse à l'issue d'une audience avec le président angolais, José Eduardo dos Santos, le Premier ministre centrafricain a dit croire que l'appui international pourrait aider la RCA à restaurer la normalité.

"En ce moment, nous avons 2000 effectifs français et 6.000 de la MISCA, la force de l'Union africaine, qui n'arrivent par à couvrir les 26.223 km2 de la RCA", a-t-il fait remarquer.

Le Premier ministre centrafricain a aussi appelé au décaissement des fonds annoncés pour la RCA, révélant que ce qui a été débloqué et utilisé “est en réalité très peu" par rapport à ce qui a été promis.

Il a, par ailleurs, déclaré qu'il était à Luanda pour informer Eduardo dos Santos, en sa qualité de président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), des derniers événements de la scène politique en RCA.

Le Premier ministre a souligné que le conflit en RCA est en train de mettre en péril toute la région de l'Afrique centrale du fait de la grave situation humanitaire qui en résulte et qui pousse son gouvernement à solliciter le renfort de l'aide de la communauté internationale pour y faire face.

A ce propos, il a salué l'appui et les efforts du chef d'Etat angolais pour la restauration de la paix, de la stabilité et de la sécurité en RCA.

"Notre pays fait face à une crise sans précédent et le président José Eduardo dos Santos nous a toujours donné de sages conseils, c'est pour cela que nous sommes ici, encore une fois, pour recevoir ses orientations afin de surmonter cette situation", a déclaré Nzapayéké.

Selon lui, le président angolais, qui assure, depuis janvier 2014, la présidence rotative de la CIRGL, s'est investi dans la recherche de solutions, non pas seulement pour la crise centrafricaine, mais aussi pour les conflits dans la région, en général.

La CIRGL est composée de 12 Etats-membres, à savoir l'Angola, le Burundi, la RCA, le Congo, la RD Congo, le Kenya, l'Ouganda, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud, la Tanzanie et la Zambie.

-0- PANA IZ/CJB/IS/SOC 15juil2014

15 juillet 2014 19:07:19




xhtml CSS