Le PAP pour un soutien aux non-signataires de l'accord de paix

Johannesburg- Afrique du Sud (PANA) -- Le Parlement panafricain (PAP) a invité à une relance de la Commission mixte pour le cessez-le-feu au Darfour afin que les non-signataires de cet accord puissent faire partie de ce mécanisme.
Un rapport sur la situation de la paix et de la sécurité en Afrique présenté jeudi au Parlement dans le cadre de la session qui se tient actuellement à Midland, à Johannesburg, indique que le PAP devrait soutenir un engagement politique entre les non- signataires, le Mouvement de libération du Soudan de Minni Minnawi et le gouvernement d'unité nationale.
Le Comité permanent du PAP sur la coopération, les relations internationales et la résolution des conflits a également recommandé que le PAP envisage l'envoi d'une mission d'enquête au Darfour, pour évaluer les progrès réalisés et les défis à relever.
"Si le factionnalisme des mouvements rebelles peut être considéré comme un reflet de la réussite du parti au pouvoir à coopter l'opposition, il exprime néanmoins une manque de vision commune sur les raisons du conflit.
On peut dire que le conflit au Darfour représente tout à fait l'instabilité de la politique de Khartoum, qui reflète la crise de cohésion du Nord-Soudan lui- même et la lutte pour le pouvoir entre les factions du Parti du Congrès national", soutient le rapport.
Il insiste sur l'importance d'une nouvelle concentration sur l'unification des mouvements rebelles, afin que cette question reçoive autant d'attention que celle de la force hybride ONU-UA et souligne que toute mission de maintien de la paix devra être liée à un processus politique pouvant être raisonnablement proposé à la majorité des Darfouriens.
Il estime que ce genre de scénario fait actuellement défaut dans le processus de paix pour le Darfour.

10 mai 2007 16:39:00




xhtml CSS