Le PAM veut du cash pour ses programmes d'aide en Ethiopie

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- Le Programme alimentaire mondial (PAM) a exhorté ce lundi les donateurs à faire des dons en espèces pour permettre aux organisations humanitaires d'acheter des vivres au niveau local pour nourrir des millions de personnes touchées par la sécheresse en Ethiopie.
"Si le PAM et les ONG achètent sur place les excédents de céréales, cela va certainement bénéficier plus aux fermiers locaux", a fait observer Georgia Shaver, le directeur-pays du PAM.
"Notre proposition est sensée du point de vue économique.
Les donateurs pourraient économiser de l'argent s'ils soutiennent l'achat d'aide alimentaire sur le marché local".
Le gouvernement éthiopien demande environ 900.
000 tonnes de vivres pour nourrir sept millions d'habitants en 2004.
Près d'un tiers de ces besoins pourrait être couverts grâce à l'achat de vivres sur place.
L'achat de 300.
000 tonnes de céréales en Ethiopie coûterait aux donateurs 100 millions de dollars US.
Les récoltes de 2003 étaient supérieures de 40 pour cent à celles de l'année précédente et de presque 11 pour cent par rapport à la moyenne des cinq dernières années.
Bien que le pays reste un importateur de céréales, les excédents localisés dans certaines régions peuvent être achetés pour l'aide alimentaire, d'après les officiels du PAM.
Quelque 300.
000 à 350.
000 tonnes de maïs, blé et sorgho sont disponibles à la vente locale dans 18 zones de production excédentaire, selon une étude menée par le PAM, la Commission européenne et l'Agence suédoise de développement international.
Ces zones représentent normalement plus de 70 pour cent de la production de céréales en Ethiopie.
Préconiser l'achat local de céréales cadre avec les autres projets du PAM qui visent à stimuler le marché local.
Les achats de céréales et de légumes secs joueront un rôle important dans la stabilisation des prix.
L'année dernière, 13 millions d'Ethiopiens ont eu besoin d'aide alimentaire.
Cette année, malgré une bonne récolte, sept millions de personnes sont incapables de se nourrir toute l'année et ont besoin d'aide alimentaire pour couvrir le déficit vivrier.
Ces gens n'ont pas les moyens d'acheter des vivres, même si les excédents parviennent aux marchés des régions touchées par la sécheresse.

15 mars 2004 10:50:00




xhtml CSS