Le PAM suspend son aide dans certaines régions du Zimbabwe

Harare- Zimbabwe (PANA) -- Le Programme alimentaire mondial (PAM) a suspendu la distribution de son aide alimentaire dans la région d'Insiza, au Zimbabwe, invoquant la violence liée aux élections législatives partielles qui se tiendront ce week-end.
Dans un communiqué rendu public samedi à Harare, le représentant du PAM au Zimbabwe, M.
Kevin Farrell, a indiqué que certaines réserves alimentaires avaient été pillées par des militants du ZANU-PF et distribuées lors de leurs meetings dans la région.
"Les militants du parti au pouvoir en campagne pour les prochaines élections législatives partielles qui se tiendront les 26 et 27 octobre prochain se sont emparé de trois tonnes de produits provenant de l'aide alimentaire et les ont distribuées de façon irrégulière", a-t-il déclaré.
"La distribution de l'aide alimentaire ne donne lieu à aucune manifestation politique.
Le PAM distribuera la nourriture uniquement en fonction des besoins et compte non tenu des appartenances politiques", a-t-il ajouté.
La ZANU-PF a nié que ses militants aient pillé la nourriture des réserves de l'agence de l'ONU et accusé cette dernière d'être manipulée par le haut commissaire britannique Brian Donnelly, que Harare accuse de s'ingérer dans les affaires internes du pays.
M.
Jonathan Moyo, porte-parole du parti et ministre de l'Information, a déclaré que le diplomate britannique avait menacé plusieurs institutions d'aide internationale, de suspension de financement si elles offraient des produits alimentaires aux militants du ZANU-PF à Insiza.
Les relations entre l'Angleterre et le Zimbabwe se sont détériorées ces dernières années à cause du programme du gouvernement d'Harare par lequel ce dernier saisit des milliers d'exploitations agricoles appartenant à des fermiers blancs, en vue de les redistribuer à des paysans sans terre.
"J'appelle le PAM à s'assurer qu'il n'est pas ici pour prendre part à la politique du Zimbabwe comme le leur demande l'Angleterre.
Il doit expliquer pourquoi les Anglais parlent au nom du PAM", a déclaré Moyo.
"Si nous acceptons volontiers l'assistance de structures bien intentionnées, que ce soit le PAM ou n'importe qui d'autre, nous ne l'autorisons pas à compromettre notre souveraineté.
Nous sommes un peuple souverain avec des lois et nous exigeons que celles-ci soient respectées", a-t-il ajouté.
Le PAM a déclaré qu'il ne reprendra la distribution de l'aide alimentaire à Insiza, qui est en pleine campagne pour les élections législatives partielles, qu'à la condition d'avoir l'assurance du gouvernement que ses réserves céréalières ne seront pas pillées une nouvelle fois.

19 octobre 2002 18:11:00




xhtml CSS