Le PAM sur le point d'atteindre ses objectifs au Mozambique

Maputo- Mozambique (PANA) -- Le Programme alimentaire mondial (PAM) a maintenant presque suffisamment de vivres pour nourrir l'ensemble des 800.
000 Mozambicains menacés par une grave famine, a déclaré mercredi James Morris, l'envoyé spécial de l'ONU pour les Affaires humanitaires en Afrique australe.
Il a dit à la presse, à l'issue d'une visite de deux jours, que le PAM était prêt à nourrir entre 9 et 10 millions de personnes dans six pays d'Afrique australe, dont 800.
000 au Mozambique, jusqu'à la fin du mois de mars.
L'agence onusienne et les autorités gouvernementales du Mozambique avaient averti le mois dernier que les donateurs n'avaient pas répondu suffisamment aux appels à l'aide destinée à atténuer la pénurie majeure de vivres.
Le 18 janvier, Paulo Zucula, directeur de l'organisation des secours du Mozambique, à l'Institut national de gestion des catastrophes, avait affirmé que la nourriture disponible suffisait seulement pour 500.
000 personnes.
Depuis lors, d'autres stocks sont arrivés dont des cargaisons de riz du Japon et d'Algérie, a indiqué M.
Morris.
"Nous sommes près d'avoir suffisamment de nourriture pour faire notre travail jusqu'à la fin du mois de mars.
Nous sommes encore un peu en deçà de nos besoins mais, dans l'ensemble, nous sommes vraiment prêts", a-t-il expliqué.
Concernant la polémique sur l'aide alimentaire physique et le don en espèces pour l'achat des vivres dans différentes parties de l'Afrique australe qui ont des excédents, M.
Morris a dit que le PAM a toujours préféré les donateurs qui donnaient de l'argent, ajoutant que "cela nous donne une plus grande marge de manoeuvre".
Mais il a aussi expliqué que l'année dernière, plus de la moitié de la nourriture distribuée par le PAM, soit environ 507.
000 tonnes, a été achetée au sein de la région d'Afrique australe.
Mercredi, M.
Morris a visité l'unité pédiatrique de l'Hôpital central de Maputo pour voir comment les enfants séropositifs étaient pris en charge.
Tout en soulignant que l'unité était "superbement équipée", l'officiel onusien a toutefois dit que le problème majeur était le taux alarmant d'infection au VIH dans le pays, où 16,2 pour cent des adultes sont séropositifs.
Il a en outre dit que l'ONU avait pu harmoniser ses contributions avec la stratégie de réduction de la pauvreté du gouvernement, estimant que la nouvelle approche cohérente par rapport au travail humanitaire "est plus avancée au Mozambique que presque partout ailleurs dans le monde".
M.
Morris effectue une tournée en Afrique australe qui le mènera également en Afrique du Sud et au Malawi.

02 février 2006 10:56:00




xhtml CSS