Le PAM sonne l'alerte à propos de la famine en Afrique

Nairobi- Kenya (PANA) -- Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé une campagne d'alerte à la faim en Afrique destinée à attirer l'attention de la communauté internationale sur la crise alimentaire qui sévit sur le continent, où 38 millions de personnes sont menacées par la famine.
Cette campagne, lancée officiellement lundi, est une réponse globale à la vive émotion exprimée par un nombre croissant d'initiatives de base en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, indique un communiqué du PAM reçu par la PANA à Nairobi.
Plusieurs initiatives ont vu le jour avec comme objectif commun d'empêcher la famine de se répandre dans certaines régions de l'Afrique.
"Pour le moment il s'agit essentiellement d'expressions individuelles et isolées de préoccupation et de compassion que nous comptons intensifier et étendre alors que la nature catastrophique de cette crise devient plus apparente au public dans le monde entier", a expliqué le directeur exécutif adjoint du PAM, M.
Jean-Jacques Graisse.
"Si nous voulons éviter la famine en Afrique, les citoyens ordinaires ont un rôle important à jouer.
Il est essentiel qu'ils se joignent à cette campagne et qu'ils exhortent leurs gouvernements à prendre en charge les besoins de ceux qui souffrent de la faim maintenant avant qu'il ne soit trop tard, avant que nous ayons à subir la honte de voir des images d'enfants mourants aux informations", a-t-il dit.
Le fonctionnaire onusien a indiqué que le PAM a reçu récemment des dons en ligne non sollicités de gens de nationalités différentes, qui tenaient tous absolument à éviter une catastrophe humanitaire, et que l'organisation utilise son site web pour donner des informations sur l'urgence de la situation et comme forum pour l'échange d'idées.
L'agence a invité les organisations participantes à créer leur propre site web dans un effort visant à générer d'urgence les ressources nécessaires et aussi de faire pression sur leurs gouvernements.
La crise alimentaire en Afrique s'est particulièrement accentuée à la suite d'urgences majeures simultanées au cours de l'année dernière.
En Afrique australe, près de 15 millions de personnes sont menacées au Malawi, au Zimbabwe, en Zambie, au Lesotho, au Swaziland et au Mozambique.
En Ethiopie et en Erythrée, 12 à 16 millions d'individus supplémentaires sont menacés et des millions d'autres sont aussi confrontés à la famine au Soudan, en Angola, dans la région des Grands Lacs et en Afrique de l'Ouest.
Ces conditions catastrophiques, selon M.
Graisse, sont principalement le résultat de la sécheresse, de l'épidémie du VIH/SIDA et, dans certains pays, des troubles politiques et de l'échec des politiques économiques.
"Des progrès sont possibles si la volonté politique est là", a-t- il souligné, en insistant sur le fait que "pour éviter une famine à grande échelle il faut une réaction massive des gouvernements, des associations caritatives privées, des ONG, des groupes de citoyens et des individus".

17 décembre 2002 09:43:00




xhtml CSS