Le PAM se plaint de l'insécurité au Burundi

Bujumbura- Burundi (PANA) -- Le Programme alimentaire mondial (PAM) a fait état jeudi d'une augmentation alarmante, ces derniers temps, d'incidents parfois violents sur le terrain de la distribution des vivres aux indigents burundais qui ont amené l'agence spécialisée des Nations unies à suspendre ses activités humanitaires dans certains cas.
Plus récemment encore, des agents du PAM se sont vu remettre une lettre "clairement menaçante" qui émanerait du Front national de libération (FNL, rébellion), exigeant la distribution de vivres à ses hommes, a affirmé jeudi à Bujumbura devant la presse, M.
Guillaume Foliot, chargé de programme au bureau burundais du PAM.
Il y a deux semaines encore, les agents du PAM ont été retenus de force par une partie de la population non prise en compte par un projet "vivres contre travail", a ajouté M.
Foliot.
D'un autre côté, de multiples pressions, souvent violentes, sont exercées par des hommes en armes dans le but de voler les vivres du PAM, a-t-il poursuivi.
"Le PAM répète qu'il cessera ses distributions dans tous les endroits où les bénéficiaires, ses agents et ses biens, seront exposés à un risque ou feront l'objet de menaces", a souligné Foliot.
De manière globale, le PAM distribue par mois entre 6.
000 et 8.
000 tonnes de vivres à quelque 750.
000 Burundais en proie à l'insuffisance alimentaire, a-t-il rappelé.
Par an, le PAM distribue jusqu'à 75.
000 tonnes de vivres et au moins deux millions de personnes en bénéficient depuis quelques années.
La sécheresse, les mouvements de populations victimes de la guerre civile, ou encore certaines maladies des plantes les plus consommées au Burundi, expliquent la carence alimentaire devenue chronique au Burundi, a expliqué le chargé de programme du PAM.

18 août 2005 16:27:00




xhtml CSS