Le PAM recherche 18 millions US d'aide alimentaire pour la Zambie

Lusaka- Zambie (PANA) -- Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a lancé vendredi un appel urgent pour trouver 18 millions de dollars nécessaires à l'achat de la nourriture pour 1,3 millions de personnes qui sont menacées de famine sévère en Zambie.
Le directeur national du PAM pour la Zambie, M.
Richard Ragan, a dit que la famine était le résultat de la combinaison ironique d'une sécheresse grave et de graves inondations que le pays ait connues au cours de la dernière saison des pluies.
M.
Ragan a indiqué que dans le cadre de l'opération nouvellement approuvée du PAM, plus de 41.
000 de tonnes de maïs et près de 1.
000 tonnes d'aliments nutritifs, spécialement préparés pour les enfants, seront distribués.
"Le pays a subi deux évenements graves de la nature- trop de pluies dans certaines zones et pas une seule goutte d'eau dans d'autres", a-t-il laissé entendre.
Si des aliments de secours ne sont pas mobilisés et fournis à temps, le niveau de malnutrition va augmenter encore plus, a averti Ragan dans un communiqué de presse.
La malnutrition chronique en Zambie est passée à 60% contre 41% en 1991.
En raison des catastrophes nationales combinées, qui se sont abattues sur le pays, les familles risquent d'être particulièrement vulnérables durant cette période.
Ragan a indiqué que, comme cela s'était passé durant des crises alimentaires précédentes, beaucoup de ménages réduisaient le nombre de repas ou remplaçaient le maïs par des aliments moins chers et moins nutritifs afin de faire face à la pénurie alimentaire.
"Pour les quatre mois à venir, les réserves alimentaires des ménages paysans vont fondre jusqu'à l'arrivée de la prochaine récolte en mars prochain, avec une situation très difficile en janvier et en février", a-t-il ajouté.
Au cours des premiers mois de l'année, de fortes pluies dans le nord-ouest et l'ouest du pays, variant de 130 à 170% au dessus de la moyenne sur 30 ans, ont provoqué des inondations, avec le débordement des fleuves, et les principales digues ont été remplies au-delà de leurs capacités.
Dans les zones les plus touchées, les cultures, les routes, les ponts et les maisons ont été emportés.
Dans le même temps, au sud de la Zambie, des pluies tardives ont été suivies d'une sécheresse de 30 jours qui a entraîné des pertes alimentaires importantes.
"Cette mauvaise combinaison d'inondations et de sécheresse a frappé la Zambie à un moment crucial, alors que la plus grande partie de la région de l'Afrique australe doit faire face à la réduction drastique de ses récoltes et à un important déficit céréalier", a souligné le représentant du PAM.
Selon des statistiques officielles, la Zambie aura un déficit de maïs de l'ordre de 200.
000 à 300.
000 tonnes cette année, et le gouvernement recherche quelque 40 millions de dollars pour pouvoir importer du maïs.
En Zambie, l'agriculture représente 25% du Produit national brut (PNB) et constitue l'activité la plus importante de la population rurale qui consomme surtout les produits qu'elle cultive.
La baisse importante des récoltes dans la plus grande partie de l'Afrique australe va entraîner une hausse du prix du maïs en Zambie où il ne sera plus accessible à de nombreuses familles des zones rurales et urbaines.
Le prix des céréales est déjà bien supérieur à la normale pour cette période de l'année.
Le prix de la farine de maïs a grimpé, passant d'une moyenne de 16.
000 kwacha (1dollar=3900K) à environ 25.
000 kwacha pour un sac de 25 kg, dans la capitale, Lusaka.

16 novembre 2001 20:03:00




xhtml CSS